(Re)trouver du lien

Expérience réalisée par
AJOnc (A.S.B.L.).
Cadre
socio-culturel (associations: sport., cult., environ.,...), autre
Public(s)
tous publics - famille.
Thème(s)
milieu urbain, jardin.
Mots clés
jardin partagé, milieu urbain, quartier, nature, citoyenneté, jardin, jardin communautaire, jardin collectif, ville.
Lieu de réalisation
(59000).

Description de l'expérience

Bienvenue au Jardin des (Re)trouvailles. Là où plantations et aménagements naturels ne sont que prétextes à créer du lien social.

Au détour d’une ruelle, entre deux façades de maisons ouvrières, se dresse une barrière laissant entrevoir herbes folles et arbres touffus. En son centre, un portillon largement ouvert, comme une invitation à s’engouffrer dans cette ancienne friche urbaine devenue espace de plantations et d’aménagements naturels. Aujourd’hui, c’est jour de fête : le Jardin des (Re)trouvailles a dix ans. Implanté au cœur du quartier populaire « Les Moulins », le Jardin des (Re)trouvailles fut le premier jardin communautaire « ouvert et néanmoins clôturé » de Lille et même, plus largement, de France. Depuis, une dizaine d’autres terrains d’une taille moyenne de 900 m2 ont été mis à disposition par la ville.

« La dynamique naît des habitants, explique Benjamin, directeur adjoint de l’association des Amis des Jardins Ouverts et néanmoins clôturés (AJOnc). Notre équipe est là pour aider à la mise en place du jardin. Les habitants-jardiniers fonctionnent ensuite de manière assez autonome. Bien sûr, c’est très aléatoire, d’un jardin à l’autre, d’une année à l’autre, d’un groupe d’habitants à l’autre. »

  • Jardin des découvertes
« Tout est collectif dans le jardin, poursuit Benjamin. Après avoir adhéré à une charte commune, chaque habitant-jardinier dispose d’une clé. Lorsqu’il se trouve dans le jardin, il peut ouvrir l’accès au public, mais doit alors expliquer la démarche, sensibiliser et veiller au respect du jardin et de ses usagers. » L’éducation à l’environnement et l’éco-citoyenneté figurent au cœur de la charte. Il en va de même pour les pratiques respectueuses de l’environnement. Ici, les pesticides et désherbants chimiques n’ont pas leur place. Les eaux de pluie sont récupérées et les déchets organiques compostés. La récupération et l’écoconstruction sont largement privilégiées.

Cet écosystème urbain est aussi un espace de découvertes pour les plus jeunes du quartier. « Si le Club Nature prend aujourd’hui son envol au Jardin des (Re)trouvailles, il m’a tout de même fallu six mois pour réussir à instaurer un contact, souligne Olivier, animateur-coordinateur d'activités pédagogiques aux AJOnc. Les enfants arrivent de manière libre dans le jardin, sur base du volontariat. Il est donc essentiel de partir de leurs envies et d’installer une relation de confiance. C’est un vrai travail de patience. » Mais qui porte ses fruits bien au-delà des attentes. « On a également établi, avec eux, des règles de respect. Un lien social s'est créé entre enfants et adultes qui peuvent aujourd'hui débattre du projet jardin et réaliser des sorties pédagogiques Nature hors Lille ensemble. »

  • Du lien social
Plus qu’un simple espace commun de plantation et d’éducation à l’environnement, le jardin est essentiellement un lieu de rencontre, où la nature sert de support à la création de lien social. De part sa situation en milieu populaire, le Jardin des (Re)trouvailles est un carrefour de parcours de vie bigarrés. Rares sont ceux qui poussent le portillon parce que férus de jardinage. Tous sont mus par l’envie de se rencontrer. Et chacun y trouve son compte. Christine retrouve dans le jardin les souvenirs et saveurs de son enfance, ainsi qu’une bonne dose d’humanité. Jacky, brocanteur-ferrailleur-artiste, égaye les allées du jardin de ses oiseaux rieurs et larges insectes sculptés, couleur rouille. Chantal s’évade de son boulot de documentaliste en s’adonnant depuis dix ans à sa passion pour le jardinage collectif. Michel, jeune retraité pour cause de problèmes de santé, au côté de sa femme, au chômage malgré elle, plonge chaque jour ou presque, depuis huit mois, ses mains dans la terre ou vient donner un coup de pouce aux jeunes du Club Nature. « Ca me fait du bien et ça m’occupe, explique Michel, sourire béant. On fait des connaissances et on a du mal à se détacher. »

Céline Teret

Sources

Magazine Symbioses n°80

pdf

AJOnc (PDF)


Subsidié par

Ressources propres, Commune

Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Outil(s) pédagogique(s)
Jardins partagés.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be