L’énergie : un défi toutes générations confondues

Expérience réalisée par
Oxy-durable, Bruxelles Environnement / IBGE (Ministère).
Cadre
scolaire et parascolaire, socio-culturel (associations: sport., cult., environ.,...), collectivites (homes, ateliers proteges, hopitaux, habitats,...).
Public(s)
adultes, enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
énergie, développement durable.
Mots clés
énergie, développement durable, social, quartier, économie d'énergie, primaire.
Date & durée de réalisation
2010.
Lieu de réalisation
Région Bruxelloise (1180).

Description de l'expérience

Un ménage bruxellois dépense chaque année près de 1 400 € pour payer son énergie. Le secteur résidentiel représente près de 40 % de la consommation énergétique bruxelloise. Et lorsque l’on parle émissions de gaz à effet de serre, le résidentiel est responsable à hauteur de 48 % des émissions bruxelloises.

Les chiffres de Bruxelles-Environnement sont alarmants. Pourtant, dans le cadre des quartiers durables, l’approche par les chiffres ne semble pas accrocher. Jugée trop théorique, elle trouve moins de répondants, et n’arrive pas à enclencher la dynamique collective si nécessaire. Le Défi Énergie* « renvoie les gens vers une solitude individuelle. Je suis chez moi face à ma propre consommation. Il y a souvent l’aspect discipline d’un régime qu’on applique derrière tout ça », remarque un animateur Quartier durable expérimenté.

Certes les achats groupés de pommeaux de douche économiques, de réflecteurs de chaleur, de chaudières à haut rendement, ou d’énergie verte apportent un début de solution collective. Mais seulement un début. Après la première soirée d’information Défi Energie, à laquelle une cinquantaine de personnes assistent, le groupe pilote d'Helmet Quartier Durable en discute avec leur animateur. "Nous avons alors réfléchi à décliner le Défi Energie en projet collectif afin que les gens puissent retourner chez eux avec quelque chose de concret à faire", explique Olivier Alexandre - passeur d'énergie et membre très actif du groupe pilote.

  • Partir du vécu

A la Maison de Quartier d’Helmet, un groupe d’une trentaine de femmes apprend à lire et à écrire en français. Une opportunité de toucher différents publics : une animation sera étalée sur trois matinées.

« L’activité consistait à visiter virtuellement les pièces de la maison en faisant des dessins au tableau », explique Olivier. « Nous avons commencé par le séjour, puis la cuisine, et ainsi de suite. Le principe est le suivant : on entre dans une pièce, qu’y trouve-t-on ? »

Loin d’être académique, l’expérience fait appel au vécu des participantes et interroge le quotidien des femmes apprenantes. « Après 20 minutes, ça commence à discuter. Puis au fur et à mesure, on se focalise sur un appareil et la manière dont on peut s’en servir plus efficacement », raconte le passeur d’énergie schaerbeekois. « On explique des choses parfois très basiques. Mais c’est là qu’on remarque que nous sommes tous sensibles à l’énergie, au gaspillage et que nous n’avons pas besoin de mettre des mots scientifiques là-dessus ».

De plus, « alors que nous avions remarqué que lorsqu’on lance des projets, on a tendance à se re- trouver entre personnes de mêmes profils », souligne Olivier, une telle approche permet, « la rencontre de gens de profils socio-économiques différents et qui ont des choses à s’apprendre ». Le défi de l’énergie concerne tous les publics.

  • De jeunes apprentis auditeurs à uccle

Oxy-Durable, l’un des cinq nouveaux Quartiers durables situé à Uccle, s’est posé la même question qu’Helmet : comment faire rimer Défi Énergie et dynamique de quartier ?

« Moi j’ai bientôt 45 ans. Je me sens déjà vieux », glisse André Somerhausen–membre du groupe ucclois. « Ce sont les jeunes qu’il faut sensibiliser car ils sont l’avenir de notre planète ».

Une idée germe : réaliser un état des lieux énergétique du bâti du quartier. Les apprentis auditeurs : les élèves de l’école Plein Air – une école primaire du quartier. Pluridisciplinaire, le projet élaboré mélange géographie, physique, histoire du quartier et de ses bâtiments, et rédaction ; une partie de plaisir pour les enfants qui rencontreront de nombreuses personnes-ressources issues du quartier ou de ses environs proches.

« Un architecte pour expliquer aux enfants des notions de base, l’Observatoire Royal de Belgique et l’IRM pour les données météorologiques, les Jeunesses scientifiques pour encadrer pédagogiquement les enfants, la commune et son service urbanisme pour les cartes du quartier, tous ont accepté de participer à l’initiative », s’enthousiasme André.

« Tous les éléments sont en place pour commencer. Nous sommes dans les starting-blocks », enchaîne- t-il. « Nous finalisons et affinons le projet pédagogique pour l’instant ». à la prochaine rentrée scolaire, vers octobre 2010 les enfants s’attèleront à l’état des lieux énergétique du quartier. Mais l’état des lieux n’est pas une fin en soi.

  • La force des pairs

 « Il doit déboucher sur du concret », insiste André. « Après réflexion et analyse de l’état des lieux, on proposera aux habitants de passer à un audit interne des maisons : mesures thermographiques d’une part, ensemble de simples vérifications, rappels de gestes éco-responsables évidents et incitations à l’éco-bricolage que les enfants suggèreraient d’autre part ». L’un des cinq premiers Quartiers durables remarquait justement que « la relation directe entre pairs peut valoir bien des rencontres d’experts ». Imaginez maintenant la force du conseil prodigué lorsque le pair en question se trouve être votre cher chérubin.

Nicolas Van Caillie

Sources

Numéro 5 de la revue "Quartier Durable"

Subsidié par

Région de Bruxelles-Capitale, Communauté française

Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos
Depuis 2008, Bruxelles Environnement a fait évoluer son Défi Energie, qui dispose à présent d'une formule "animation locale -pour les populations bruxelloises moins "éco-sensibilisées", principalement issues de milieux populaires, étrangers ou d'origine étrangère. L'équipe du Défi Energie investi le terrain pour rencontrer ces groupes de citoyens, formels ou informes (association de quartier, culturelle, cours de promotion sociale...) à qui elle propose trois rencontres autour du thème des économies d'énergie. Les 3 animations se basent sur la visite virtuelle d'une maison. L'animateur explique comment et pourquoi les équipements consomment, et quels sont les gestes à mettre en oeuvre pour réduire sa consommation et sa facture.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be