Le jeu, tout un projet... de classe (en secondaire)

Expérience réalisée par
Athénée Royal de Waimes.
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
jeunes.
Thème(s)
environnement - généralités, pédagogie / éducation / formation.
Mots clés
jeu, secondaire, environnement, pédagogie, approche ludique.
Date & durée de réalisation
2012.
Lieu de réalisation
Province de Liège (4950).

Description de l'expérience

Chaque année, le Centre Régional d'Initiation à l'Environnement (CRIE) de Spa propose aux écoles de participer au Festival Natura 2000. Chacune des éditions met à l'honneur un thème touchant à l'environnement. L'occasion pour enseignants et élèves d'entrer en projet via différents modes d'expression, dont la création d'un jeu. Focus sur deux écoles qui se sont prises au jeu.

L'Athénée Royale de Waimes rempile pour le défi du Festival Natura 2000. Les élèves de 5ème secondaire en section "Agent d'éducation" se lancent dans la création de jeux autour du thème cette année: "Enquête sur la faune et la flore sauvage d'un milieu sauvage". "Le sujet ne nous inspirait pas tant que ça, mais au final, c'est intéressant on apprend plein de choses sur l'environnement dans notre région", lance une des élèves.

  • Penser et repenser le jeu

Ils sont aujourd’hui réunis au cours de travaux pratiques de Mme Goffinet. Par groupe de trois, les voilà qui défilent au tableau pour présenter l’état d’avancement de leur jeu. Et les idées ne manquent pas : jeu coopératif pour découvrir les animaux de la région, jeu géant où les pions ne seraient autres que les enfants déguisés, jeu de table mêlé à des activités sensorielles... Ces jeux et leurs règles sont présentés et discutés en classe, avec les autres élèves, Mme Goffinet et le coordinateur environnement Bernard Warnant. Viendra ensuite la phase de fabrication.

Si la marge de manœuvre est assez large, les élèves suivent quelques règles de base. Le thème, bien entendu, qui est celui du festival. Le public : des enfants, entre la maternelle et la 6ème primaire. La durée : pas plus de 40 minutes, histoire de garder les enfants en haleine. Question pratique : ce jeu doit être facilement transportable. Et, éventuellement, opter pour le jeu coopératif, via quelques grands principes proposés par Bernard Warnant. « Je trouve que les enfants jouent peu en coopération. Ils sont souvent dans la performance, dans le “je gagne et tu perds”. Du coup, j’essaie d’insuffler cette approche du jeu coopératif à nos élèves, qui seront peut-être amenés à travailler plus tard avec des enfants ». En début d’année, Mme Goffinet a également consacré un cours théorique au jeu : qu’est-ce qu’un jeu ? Quels différents types de jeux ? etc..

  • Décloisonner et valoriser

La collaboration ne s’arrête pas là. « Comme pour tous nos projets, on tente dans la mesure du possible de décloisonner les disciplines»,explique encore Bernard Warnant. La création de jeux, étalée sur une année, implique aussi le cours d’art dans la réalisation des pions et autres pièces. Et la prof de français corrigera les règles et cartes des différents jeux. Un réel processus pédagogique soude donc ce projet, touchant à des disciplines et compétences multiples.

« Réaliser un jeu, ça demande de développer une autonomie et de prendre des risques, explique Mme Goffinet. Les élèves acquièrent également des nouvelles connaissances en matière d’environnement. Ils apprennent à travailler en équipe sur du long terme et à animer leur jeu devant un public lors de la présentation au festival. » Pour l’occasion, ils feront tous ensemble le choix, parmi les 5 jeux réalisés, de celui qui concourra à Spa. « En réalité, tous les participants gagnent un prix à ce concours, souligne Bernard Warnant. Mais peu importe, pour les élèves c’est très valorisant de présenter leur travail et de revenir avec un prix à l’école. »

Les élèves pourront aussi présenter et faire vivre l’ensemble des jeux réalisés lors de la « Journée sans déchets » organisée par l’école en fin d’année. Et peut-être même lors de leur stage ou auprès d’une école de la commune.

Ces jeux ont donc une longue vie devant eux et des répercussions certaines pour ces élèves et le public qu’ils animeront peut- être dans le futur... Et quand on demande à ces « agents d’éducation en herbe » quel est leur principal objectif lorsqu’ils pensent la création de leur jeu, la réponse est unanime : « Que les enfants s’amusent, tiens ! » L’essence même du jeu est acquise, aucun doute là-dessus.

Bernard Warnant et ses élèves présentent leur jeu sur le cycle de l’eau, conçu lors d’une précédente édition du festival. Ce jeu coopératif est inspiré du jeu de l’oie. Le pion « goutte » suit la rivière de la source à la mer. Tous les joueurs jouent avec le même pion. Chaque joueur joue à son tour et répond à une question sur la nature ou sur l'eau. Si sa réponse est correcte, soit il prend des billes préalablement disposées sur un bateau en plastique qui flotte dans un récipient, soit il pioche une carte aide lui permettant de répondre à la place d'un autre joueur. En cas de mauvaise réponse, des billes sont ajoutées sur le bateau. Si le bateau coule avant que le pion arrive à la mer, l'équipe a perdu. Sinon l'équipe a gagné.

 Céline Teret

Sources

Magazine Symbioses n°93:Eduquer à l'environnement par le jeu

pdf

Le jeu, tout un projet...de classe en secondaire (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos

 


Partenaire(s)
CRIE de Spa-Berinzenne.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be