Embarquez dans le petit train citoyen

Expérience réalisée par
Ligue des Familles (A.S.B.L.).
Cadre
socio-culturel (associations: sport., cult., environ.,...), autre
Public(s)
adultes.
Thème(s)
citoyenneté, environnement - généralités.
Mots clés
citoyenneté, commune, mobilité, logement, transport, alimentation.
Date & durée de réalisation
2012.
Lieu de réalisation
Province de Liège (4650).

Description de l'expérience

Un petit train touristique parcourt la Wallonie et Bruxelles. Aux commandes: des associations. Son objectif: revisiter la commune avec des yeux neufs, mettre en évidence ce qui va bien, ce qui ne va pas. Interpeller le politique. Elus, candidats, associations, citoyens: tout le monde à bord!

10h devant la bibliothèque communale de Herve. Attention, train au départ. Pas un TGV, mais un petit train touristique. Enfin, c’est ce qui était prévu. Avec la pluie, les passagers devront finalement se contenter d’un Trolleybus - autre moyen de transport pittoresque. Et quels passagers !    Des mandataires politiques, des candidats aux élections du 14 octobre, des bénévoles d’associations locales et quelques familles. Embarquement immédiat ! C’est parti pour un parcours citoyen de deux heures. Objectif : revisiter la commune avec des yeux neufs et des informations dénichées par la Ligue des Familles.

Après quelques kilomètres, un arrêt de bus, devant un cimetière. Le « train » s’immobilise. Le lieu se voudrait symbolique des questions de logement et de mobilité. Humour. L’occasion pour Denis Lambert, le boss de la Ligue, de faire le point, en se basant sur le « guide » que chaque voyageur a reçu en embarquant. Celui-ci reprend les chiffres de la commune, leur évolution, en comparaison avec l’ensemble de la Wallonie. Ainsi, Herve compte 47% de maisons quatre façades, 7% de logements publics,11% du territoire bâti. Une maison coûte en moyenne 154.000 euros, contre la moitié neuf ans plus tôt... « Êtes-vous prêts à lancer une agence immobilière sociale à Herve ? Attention, on enregistre vos réponses...», lance-t-il aux candidats. « Oui » unanime. « Et ce projet de logement intergénérationnel ? » demande un voyageur. « Cela va passer au Conseil ». « Parlons mobilité maintenant, enchaîne Denis Lambert. Dans le quizz que vous avez complété ce matin, quelle est la réponse à la question suivante: “je suis ado, j’habite Charneux. Je suis en vacances et souhaite aller en bus au cinéma de Verviers à la séance de 16h. A quelle heure dois-je partir ?” ». Réponse : « C’est impossible ! ». Un élu : « Mais est-ce raisonnable et écologique de faire circuler un bus dans tous les villages ? Tout dépend du nombre d’usagers...». Et les passagers de parler des difficultés de mobilité en milieu rural, de l’étalement urbain sous la pression immobilière de Liège, de l’importance de concentrer l’habitat pour faciliter cette mobilité tout en préservant les paysages, de la mise en place d’un point « Stop » pour le covoiturage, d’une piste cyclable, d’une navette sociale, du plan communal de mobilité...

Le « train » redémarre. Entre les voyageurs, ça discute ferme. « Et quid du jardin communautaire qui est menacé par les travaux du CPAS ? », demande Guy Simonis, impliqué dans plusieurs associations locales, dont Oxfam. « Rassurez-vous, on a trouvé une solution », répond un conseiller communal. Autre arrêt : le local du « groupement d’achats communs » (GAC). L’association Li Cramignon organise une animation ludique autour d’une pomme. L’occasion pour Christel Haulet de parler du GAC que l’association a mis sur pied et d’interpeller les politiques pour qu’ils donnent plus d’ampleur à ces modèles de consommation alternatifs et durables : « Nous voulons permettre à tous d’acheter des aliments sains et produits par les sols et les agriculteurs de notre région. Cela marche très bien, il y a de plus en plus de monde. Mais nous manquons de moyens humains et d’espace ». Tout le monde regagne le véhicule touristique. Devant une école, nouvelle halte. Ici, les élus vont devoir distinguer, à l’aveugle, l’eau du robinet de l’eau en bouteille. « Suite à notre enquête dans 11 écoles de Herve, bonne nouvelle : on peut boire de l’eau dans toutes. Mais ailleurs que dans les toilettes ?», demande D. Lambert en boutade. « Oui, il y a des fontaines à eau, félicitations ! ». « Et les fruits et légumes ? »...

  • Un parcours construit collectivement

« L’idée est de s’arrêter dans des endroits liés à des thématiques défendues par la Ligue et ses associations partenaires, dans le cadre de l’opération “Ça passe par ma commune” (lire adresses utiles pp. 20-21), qui vise à encourager les pouvoirs locaux à s’engager sur la voie d’un développement durable, social et solidaire. A Herve, c’était le logement public, l’alimentation de qualité à l’école, la mobilité, la petite enfance, la consommation durable et la solidarité internationale, explique Charlotte Billard, animatrice de la locale de la Ligue des Familles. Mais cet après-midi, à Geer, on parlera aussi des éoliennes et de la biomasse. Tout dépend des enjeux locaux identifiés par les groupes de préparation. »

Dans chaque commune visitée - il y en aura une trentaine en Wallonie et à Bruxelles - plusieurs réunions préparatoires ont en effet été nécessaires pour concevoir le parcours du Petit Train. Étaient invités toutes les personnes intéressées. Comme M. Breuer, bénévole : « A la question de savoir ce qui est important pour nous à Herve, on a bien débattu. Il y aurait pu y avoir des dizaines d’arrêts, on a dû faire des choix dans ce qu’on trouvait prioritaire et réalisable. Le service d’études de la Ligue nous a donné des chiffres précis de la situation de Herve et de la Wallonie, que certains bénévoles ont affinés par des enquêtes locales. Personnellement, j’ai appris beaucoup. J’ai maintenant une vision plus précise d’où en est ma commune. L’important c’est de mobiliser le monde politique et de lui faire prendre des positions non équivoques. »

  • Quand citoyenneté rime avec convivialité

« On rédige notre programme. On est demandeur de pouvoir y intégrer les initiatives et idées réalistes émergeant des citoyens, ce genre d’initiative est donc précieux », confie une conseillère communale par ailleurs députée fédérale, assise à l’arrière du « petit train ». « Ce n’est pas une situation d’interpellation agressive, continue Denis Lambert. Le petit train, c’est un transport lent, on est face à face, on a donc le temps de discuter. On crée une petite musique conviviale, pour arriver à un consensus, sans pour autant éviter les questions difficiles. On veut mettre en évidence les enjeux, ce qui va bien, ce qui ne va pas, valoriser des initiatives, promouvoir la généralisation des expériences intéressantes.Iln’y apasnonplusd’enjeuxdeterritoireentreles associations ». De fait, pour chaque parcours, la Ligue des Familles s’est associée à de nombreux partenaires : ACH’Act, Amnesty, Oxfam, CNCD 11.11.11, ACRF, Gracq, la fédération Inter-Environnemennt Wallonie, ou encore certaines associations locales, comme Li Cramignon à Herve... « C’est une démarche d’éducation permanente, même s’il y a plus de militants que de “citoyens lambda”. Et les élus eux-mêmes sont amenés à réévaluer leur regard socio-politique. Il y a les animations, le processus, mais aussi les statistiques que nous fournissons, qui sont loin d’être désincarnées », explique le Secrétaire général. Le convoi ralentit. On est arrivé à l’Hôtel de Ville où un drink attend les voyageurs. « N’oubliez pas de vous revoir durant les six prochaines années pour voir comment cela avance », rappelle Denis Lambert en descendant du train..

Christophe DUBOIS

Sources

Magazine Symbioses n°95: Education à l'environnement dans les communes

pdf

petit train (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos

Contact :

Ligue des Familles
02 507 72 11
www.citoyenparent.be


Partenaire(s)
BAO.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be