Le potager, un espace pédagogique

Expérience réalisée par
Humus (A.S.B.L.).
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
agriculture, alimentation.
Mots clés
potager, primaire, compost, pédagogie, alimentation, agriculture, santé, activité, potager en carrés.
Date & durée de réalisation
2013.
Lieu de réalisation
(0).

Description de l'expérience

« Grains de jardins », un joli nom pour ce projet de mise en place de jardins potagers dans les écoles primaires. Avec les conseils et l’accompagnement pédagogique de l’asbl Humus, une dizaine de classes ont déjà mis les mains à la terre. Et d’autres à venir…

Le potager à l’école permet aux élèves d’apprendre en faisant.

Il ouvre un espace d’éveil et de lien avec la nature, permettant de s’approprier des savoir-faire pratiques : réaliser un compost, préparer le sol, semer, observer … et puis aussi, récolter, préparer, goûter la récolte.

Le travail au potager amène à la découverte de soi dans sa relation à la terre, aux plantes et aux insectes, dans l’apprentissage de la patience ou de l’effort physique. Il permet en outre de développer la responsabilité collective par rapport au lieu, l’entraide et l’organisation du travail en fonction des capacités et des élans de chacun.

Réaliser un potager à l’école permet aussi de réfléchir à notre alimentation : d’où viennent les aliments que nous consommons ? Comment, où et par qui ont-ils été produits ? Quels impacts sur notre santé et celle de la Terre ?

Enfin, le jardin potager permet aux élèves de s’approprier un petit coin de l’école, de lui donner une forme et des couleurs, de construire ensemble aussi sa structure et son esthétique.

  • Concrètement, dans les écoles

Humus est une association qui se propose de permettre à chacun de retrouver un lien vivant et créatif avec la terre. Active en Wallonie, elle participe notamment à la mise en place de potagers pour les écoles primaires. Ce projet « Grains de jardins » (1) concerne actuellement 8 écoles tous réseaux confondus, soit 11 classes, siuées en provinces de Namur et de Liège : les Ecoles communales de Solières, d’Ocquier, de Bouffioulx et de Marchin ; l’Athénée Royal de Huy, d’Ouffet (section maternelle), et de Ciney (section primaire) ; et l’Ecole libre d’Havelange.

Dans certaines écoles, des bacs à compost et des carrés de culture ont vu le jour. Malgré l’hiver qui s’est prolongé tard, des petits pois, tomates, herbes aromatiques et fleurs ont été semés à l’intérieur. Les enfants les ont ensuite repiqués dans les jardinets à partir du mois d’avril. Certaines des graines utilisées avaient été récoltées en automne, ils ont ainsi pu suivre tout le cycle de la plante.

Petit à petit, les jardins prennent forme. Le défi est que les élans suscités ne s’arrêtent pas à la fin du mois de juin. L’asbl Humus accompagne donc les écoles afin de trouver des soutiens autour de l’école pour venir s’occuper du jardin ponctuellement pendant les vacances, et surtout pour poursuivre et ancrer le projet l’année scolaire suivante.

Corinne Monnen (avec les adaptations de Céline Teret), asbl Humus

(1) ce projet s’est largement inspiré des expériences menées par les associations Le Début de haricots (www.haricots.org ) et le CJB (www.cjb-to.be ) en Région bruxelloise.

Avis & Conseils pédagogiques

  • Quelle méthodologie ?

A travers des animations de 3h, à chaque saison, Humus propose d’aborder trois points de vue  (celui du jardinier, celui du citoyen et celui du poète) et d’explorer divers thématiques : le cycle de vie d’une plante, le sol, la biodiversité au jardin, l’alimentation, les fruits et légumes de saison…

Chaque animation comprend une partie à l’intérieur pour les contenus, et ensuite une partie pratique au jardin potager, en pleine terre ou en bacs, selon les possibilités de l’école.

Dans les animations en classe, l’accent est mis sur la participation et l’interactivité dans la construction des apprentissages. Des activités ludiques, en petits ou grands groupes, sont proposées en fonction du thème. Dans le jardin potager, le travail est organisé en petits groupes. L’accent est mis sur la responsabilisation par rapport aux autres, par rapport à la tâche à accomplir, aux outils, et aux plantes ou aux animaux. Humus cherche à développer l’initiative, la recherche de solutions aux problèmes qui se posent en faisant appel dans la mesure du possible aux ressources locales, de récupération, accessibles aux enfants.

La deuxième année, un accompagnement spécifique est proposé aux écoles pour consolider et autonomiser le projet, en fonction des besoins et des projets particuliers. L’idée est que le potager puisse servir de base pour développer des actions impliquant de manière plus large les acteurs dans et autour de l’école, et visant à transformer leur relation à l’alimentation et à l’environnement.

« C’est avec impatience que, chaque mois, les enfants attendaient l’animation aussi bien théorique que pratique : les plantes, le sol et ses êtres vivants, la fabrication d’un compost et d’un hôtel à insectes, l’alimentation, la préparation du sol, les semis… Toutes ces activités ont été vécues par ces jeunes avec grand intérêt ! De retour en classe, nous exploitions les notions abordées dans divers apprentissages en lien avec le programme scolaire : sciences, histoire, géographie, mais aussi français, mathématiques… Ce projet est une très belle manière de tisser un lien tout particulier avec la nature, de s’approprier les savoirs et les savoir-faire ainsi que de perpétuer les nouvelles connaissances au sein de la famille. »

Stéphanie Beaumont et Catherine Vincent, institutrices de l’école communale d’Ocquier (Liège)

pdf

potager (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos

Pour en savoir plus :

Humus asbl : 085 23 25 00

www.humusasbl.org


Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be