Des jeunes pour sensibiliser les employés

Expérience réalisée par
GoodPlanet Belgium (A.S.B.L.).
Cadre
socio-culturel (associations: sport., cult., environ.,...), professionnel (entreprises, organisations, commerces, syndicats,...)
Public(s)
jeunes, adultes.
Thème(s)
économie / entreprise, mobilité / transport.
Mots clés
social, jeune, adulte, empreinte écologique, mobilité, transport, entreprise.
Date & durée de réalisation
2013.
Lieu de réalisation
Région Bruxelloise (1080).

Description de l'expérience

D’un côté, des employés au réflexe voiture bien accroché. De l’autre des jeunes de 14 à 18 ans, utilisant métro, tram ou bus au quotidien. On les met ensemble, ça donne Urban Clash.

L'an passé, cinq ados de l’association d’aide à la jeunesse, Foyer, à Molenbeek, ont coaché cinq employés de l’entreprise d’intérim StartPeople. « On a demandé aux jeunes d’expliquer aux employés comment troquer l’auto contre le métro dans leurs déplacements à Bruxelles », explique Arnout Ruelens, qui coordonne le projet Urban Clash de l’asbl GoodPlanet Belgium. Un projet en trois étapes. D’abord, GoodPlanet a animé les jeunes, durant une demi- journée, afin de les préparer à leur rôle de coach, d’aborder les enjeux de la mobilité durable et de découvrir davantage la STIB et son réseau. Au menu : calcul de leur empreinte écologique, jeu de rôles et visites en transports en commun. GoodPlanet a aussi rencontré les employés volontaires et calculé avec eux leur empreinte écologique... plus élevée que celle des jeunes.

Deuxième étape : la rencontre. Via un speed dating, jeunes et employés se sont choisis mutuellement. Les couples formés ont ensuite effectué un trajet en tandem dans les transports en commun.

Dernière étape : le challenge. Un parcours dans Bruxelles. Deux équipes - l’une en métro, l’autre en voiture. Un seul gagnant. Depuis les bureaux de GoodPlanet Belgium, les jeunes ont suivi en direct les employés via GPS, leur conseillant le meilleur itinéraire. L’effervescence ! Même les médias étaient là. « La voiture l’a emporté, à cinq minutes près, en heure creuse et avec quelques infractions au passage. Mais est-ce que 5’ valent le stress et la pollution générés ? », interroge Arnout.

  • Poursuivre en images

L’histoire ne s’arrête pas là. Fin 2013, GoodPlanet est revenue vers les jeunes du Foyer pour leur proposer de réaliser une vidéo sur la mobilité durable à Bruxelles, comme outil pour la seconde édition d’Urban Clash. Plutôt que d’y parler de mobilité durable, les jeunes ont préféré montrer leur réalité quotidienne dans la jungle urbaine bruxelloise: traverser la rue sans se faire écraser, slalomer à vélo entre les voitures, être serrés comme des sardines dans le métro. Luis, Ilyas et ses copains nous y donnent leur point de vue, librement, avec leur langage. Quitte à être parfois politiquement incorrect. Sur l’air de « J’vais m’balader », on y voit les jeunes escalader les portiques de sécurité ou rouler à vélo sur un rail de tram. Pas pour montrer le mauvais exemple, mais pour soulever un débat intéressant sur l’accessibilité tarifaire du métro ou sur les aménagements cyclables dans la capitale. Las, la STIB demandera de retirer la vidéo, qui comptabilisait déjà 25 000 vues sur youtube.

  • Repousser les barrières

« GoodPlanet a écouté l’avis des jeunes, c’est très important », estime Jonas Mertens, du Foyer. Cette association néerlandophone travaille avec des jeunes socialement vulnérables, la plupart avec des racines étrangères. « Malgré les difficultés scolaires, ils ont beaucoup de capacités, continue le travailleur social. En les mettant dans une situation où ils ont plus d’expertise que des travailleurs, où on favorise la rencontre et la coopération, on leur donne confiance en eux et on lutte contre les préjugés. Par ailleurs, ils ont changé leur point de vue sur l’écologie et l’usage du vélo, c’était aussi un de nos objectifs.»

Arnout Ruelens ne dit pas autre chose : « À côté de la mobilité durable, Urban Clash a développé la solidarité entre générations, entre milieux, entre communautés de cultures différentes.» Et du côté de l’entreprise ? « GoodPlanet était très professionnelle et bien organisée, estime Christel Baetens, l’une des employés participants. StartPeople souhaitait motiver les collaborateurs à utiliser les transports en commun si les déplacements devaient se faire en ville. Mais un an plus tard, notre entreprise propose toujours des véhicules de société et les notes de frais de transports en commun ne sont pas les bienvenues... “Business as usual”. » Dommage que la sensibilisation n’ait duré qu’un temps...

En mars 2014, le projet est relancé et élargi à d’autres associations, d’autres entreprises et d’autres transports publics (dont Villo). Au Foyer, en tout cas, on a déjà rempilé !
Christophe DUBOIS

Sources

Magazine Symbioses n°101: Entreprises et éducation à l'environnement: un couple contre nature?

Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos
Contact : GoodPlanet - 02 893 081 - www.goodplanet.be

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be