Bien-être et confort à l'école

Expérience réalisée par
Institut sainte Anne Florenville.
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
jeunes.
Thème(s)
santé, nature / biodiversité.
Mots clés
santé, jardin, alimentation, bien-être, biodiversité, air.
Date & durée de réalisation
2019.
Lieu de réalisation
Province du Luxembourg (6820).

Description de l'expérience

En participant au challenge Habiter sa classe, des élèves de l’Institut Sainte-Anne à Florenville se sont creusés les méninges et retroussés les manches pour rénover un local de l’école, pour plus de bien-être et de confort. Un projet qui s’ajoute à d’autres, à la croisée de l’environnement et de la santé, du jardin au naturel à l’alimentation saine.

Et hop, un coup de ciseaux dans le ruban. En cette fin d’année, les élèves de 2e secondaire de l’Institut Sainte-Anne de Florenville inaugurent le tout nouvel espace scénographique et bien-être de l’école. Dans le nouveau local aux peintures claires et aux cousins colorés, règne une fierté non dissimulée. Et pour cause : pendant près d’un an, ces élèves du cours d’éveil scientifique ont imaginé, puis réalisé eux-mêmes les rénovations de cette pièce.

  • Espace bien-être

Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme Habiter sa classe*, qui vise à accompagner les élèves dans l’amélioration des espace de vie de leur établissement (classe, réfectoire, bibliothèque…). Objectif : accroître le bien-être à l’école. Jacques Claessens, facilitateur, accompagne les classes dans ce processus. « Pour démarrer, on demande aux élèves comment ils feraient pour se sentir mieux à l’intérieur de cet espace. Quelle est la principale source d’inconfort et comment y remédier ? Afin de répondre à cette situation-problème, nous créons des sous-groupes autour de 5 composantes : confort thermique, confort acoustique, confort visuel, qualité de l’air, qualité de vie. » S’ensuit un audit participatif, permettant d’observer et d’analyser la situation. Muni de différents appareils, le facilitateur aide les élèves à mesurer le taux de CO2, le taux d’humidité, le niveau sonore et toutes sortes de données utiles au bilan des conforts et inconforts de la pièce. « La qualité de l’air était assez bonne, se souvient Aurore Winkin, professeure de sciences qui a suivi le projet. Ce fut l’occasion de rappeler l’importance d’aérer les classes, bien que chez nous, on a déjà pour habitude de le faire régulièrement. Par contre, ce local était froid et cru. L’éclairage n’était pas agréable. Et ça résonnait beaucoup. Globalement, cet espace n’était pas chaleureux.

Après avoir imaginé les solutions adéquates et dessiné des plans, les élèves ont retroussé leurs manches pour réaliser eux-mêmes tous les travaux d’amélioration : électricité, isolation des murs et du sol, peinture… « Cela m’a permis de faire plein de liens avec mon cours de sciences, poursuit l’enseignante. Le prof d’activités plastiques a collaboré au projet pour la réalisation de panneaux acoustiques avec les élèves. Toujours avec les élèves, nous avons analysé ensemble le budget. On a tenté d’utiliser des matériaux sains et écologiques, mais pour certains postes, comme les peintures, c’était hors budget. Les élèves se sont vraiment approprié le chantier et l’ensemble de la démarche. »

  • Du jardin au repas

Participation annuelle au GoodPlanet Challenges* et récente inscription à la dynamique Agenda 21 scolaire*, l’Institut Saint-Anne a plus d’un projet environnemental à son arc. Les enjeux santé n’en sont jamais bien loin. Pour preuve, derrière les hauts bâtiments scolaires, se niche un espace vert accueillant arbres et arbustes fruitiers, bacs à fraisiers (pour picorer au passage) et potirons (pour la soupe occasionnelle), ainsi qu’une mare récemment creusée par les élèves. A l’ombre d’une haie, une ruche et ses occupantes tout afférées à butiner les fleurs mellifères alentour. « Nous n’utilisons aucun produit chimique pour l’entretien du jardin, explique Aurore Winkin. C’est l’occasion de sensibiliser les jeunes à ces produits, à leur dangerosité pour la santé, ainsi qu’à leur nocivité pour les abeilles et pour la nature en général. » L’enseignante et l’un de ses collègues se sont d’ailleurs formés à l’apiculture pour accompagner au mieux le projet
Chaque année, l’école organise également une Semaine Santé, avec une journée sportive, des conférences, la réalisation de panneaux didactiques, une distribution gratuite de fruits… Au cours de cette semaine, l’offre alimentaire de l’école est adaptée : repas plus équilibrés et produits de provenance locale. « Les retours des élèves sur ces repas adaptés sont toujours très positifs, explique encore Aurore Winkin. Du coup, depuis cette année, en collaboration avec les deux cuisinières de l’école, on a adapté les repas en ce sens tout au long de l’année ! »

Céline Teret

Sources

Magazine Symbioses 119 :  Environnement & santé

pdf

Bien-être et confort à l (PDF)


Indicateurs

Effets sur l'environnement :
 

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos

Partenaire(s)
GoodPlanet Belgium.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be