Projet d’école : contrôle des GSM

Expérience réalisée par
Institut des Dames de Marie.
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
jeunes.
Thème(s)
consommation, sol et sous-sol, développement / solidarité internationale.
Mots clés
secondaire, sol, sous-sol, minerai, consommation, solidarité Nord-Sud, GSM, développement durable, économie.
Date & durée de réalisation
2013.
Lieu de réalisation
Région Bruxelloise (1200).

Description de l'expérience

Bonne humeur et mauvaise mine à l’Institut des Dames de Marie, à Bruxelles. Les élèves se sont penchés sur leurs téléphones mobiles.

Contrôle des armes à l’Institut des Dames de Marie, à Woluwe- Saint-Lambert. Un portique est installé dans le couloir de l’école. Mode aéroport. Des élèves genre « Men in Black » montent la garde. Un jeune passe. Tûûût, l’alarme sonne. « Vous avez quelque chose de métallique, une arme ? ». Un GSM. « Vous n’avez pas le droit, suivez-nous !» Le garçon s’exécute, il sait que les GSM sont interdits à l’école. « Bon, on ne dira rien si en contrepartie vous participez à une activité pour comprendre d’où vient ce GSM et le coltan utilisé dans sa fabrication ». Sur une table, des cartes sont disposées. Sur chaque carte une photo symbolise l’une des étapes du trajet du coltan. Le jeune contrevenant doit les remettre dans l’ordre. Les élèves de l’EcoTeam, de la 1ère à la 6e secondaire, expliquent de A à Z comment le GSM est arrivé dans sa poche, les guerres pour le coltan, les conséquences sur l’agriculture et les familles congolaises, les transactions illégales, l’effet sur l’environnement... « D’accord, mais qu’est-ce qu’on peut faire ? ». Ensemble, ils imaginent des pistes d’action : acheter un GSM moins souvent, lui offrir une seconde vie, se renseigner lors de l’achat, soutenir les associations qui interpellent le politique et les entreprises... Dans le couloir, un prof passe le portique. Tûûût. « Suivez-nous ! »

  • Dans toute l’école

« Chaque année, on essaie d’avoir un fil rouge, explique Anne-Catherine Calonne, prof de langue en 5-6e et coordinatrice de l’EcoTeam de l’école. Cette année, on a voulu que ce soit l’impact de notre consommation sur les pays du Sud, car les rhétos partaient au Sénégal. On en a fait un véritable projet d’école. Cette animation sur les conflits liés à l’exploitation des ressources et des minerais s’inscrit dans ce cadre. Par ailleurs, on a organisé beaucoup d’autres activités, mais davantage autour de la pêche, plus proche de la réalité sénégalaise. Mais les questions sont exactement les mêmes : un modèle mondialisé où on extrait les ressources de façon outrancière en Afrique, avant de les transformer en Asie et de les vendre chez nous. »

Pour les élèves, il ne s’agissait pas seulement d’un jeu, l’implication était importante, jusque dans le cours de madame Calonne : « Un groupe d’élèves a même choisi le thème du coltan pour sa présentation en néerlandais, et ce n’est pas le plus facile ».

  • L’appui de la Commission Justice et Paix

Pour mener à bien ce projet, l’Institut des Dames de Marie a bénéficié de l’accompagnement de la Commission Justice et Paix (CJP). « Pour ce projet, on s’est assis et on a construit ensemble, en complémentarité. Les profs ont le cadre et la mission éducative, nous on a des outils (voir outils p.18 ) et des contacts, explique Laure Malchair, chargée des questions pédagogiques et Afrique centrale à CJP . Chacun a été respectueux de comment l’autre travaillait, ça s’inscrivait dans un projet d’école porté par un groupe d’enseignants, la direction était soutenante et il y avait beaucoup d’enthousiasme ». Cet appui était nécessaire car ces matières sont complexes et renvoient à de nombreuses questions, pour lesquelles on peut se sentir perdu. « Les enseignants peuvent aussi renvoyer la balle aux élèves et leur demander de chercher les réponses. D’autant que ce sont des sujets qui leur tiennent à cœur, qui touchent à nos modes de consommation et à un objet qui leur semble incontournable, continue Laure Malchair. L’objectif est que les jeunes se questionnent, pas qu’ils jettent leur GSM à la fin. Qu’ils imaginent des pistes d’action à leur niveau, mais aussi au niveau de l’école (EcoTeam, séance d’impro, expo...), puis de la société. En fonction de leurs contraintes. L’important est de lutter contre le sentiment d’impuissance ».

Christophe DUBOIS

PS: télécharger le pdf pour des informations complémentaires sur le sujet

Avis & Conseils pédagogiques

  • Formations
Justice et Paix propose aux enseignants des formations sur l’ex- ploitation des ressources minières dans les pays du Sud. Chaque formation alterne, sur un ou deux jours, des modules consacrés à un apport de contenu et d’autres axés sur des pistes d’exploita- tion pédagogique. Les participants y testent différents outils (voir outils p.18). Ensemble, ils font les liens avec les programmes de géographie, d’histoire et de sciences humaines. Ils échangent leurs idées, expériences et construisent des pistes directement applicables en classe.

Sources

Magazine Symbioses n°98: Creusons le sol

pdf

Du téléphone portable à la mine (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos

Partenaire(s)
Justice et Paix.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be