Quand journée sportive devient week-end nature

Expérience réalisée par
Athénée Royale de Chimay (Etabl. scolaire).
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
jeunes.
Thème(s)
santé, mobilité / transport.
Mots clés
jeune, secondaire, mobilité, mobilité douce, sport, nature, séjour, séjour scolaire, voyage, voyage scolaire.
Date & durée de réalisation
2014.
Lieu de réalisation
Province du Hainaut (6460).

Description de l'expérience

Eric Petry est prof d’éducation physique à l’Athénée Royal de Chimay. Plutôt qu’une conventionnelle journée sportive, lui et sa collègue proposent aux 5e et 6e secondaires de partir à l’aventure pendant deux jours. Vélo, canoë, bivouac... Un beau défi sportif et l’occasion de découvrir des plaisirs simples et un environnement naturel à deux pas.

A l’Athénée Royal de Chimay, les élèves de 5e et 6e secondaires, général et technique confondus, expérimentent une journée sportive un peu particulière... ou plutôt deux journées. Au départ de Chimay, ils parcourent d’abord 20 km à vélo. Puis, ils descendent une rivière en canoë sur 20 autres kilomètres, à l’issue desquels ils bivouaquent pour la nuit. Avec tout ce que cela implique : faire un feu, cuisiner, dormir à la belle étoile... (en cas de pluie, ils se replient sous une grande tente). Et le lendemain, les 20 derniers km à vélo les ramènent à leur point de départ.

« En début d’année, on sonde les élèves, explique Eric Petry, prof d’éducation physique. Comme ça entre dans le cadre d’une journée sportive, tout le monde doit participer à la première journée. Le bivouac et la matinée qui suit ne sont pas obligatoires, mais presque tous sont présents. On répartit les élèves en 4 week-ends, pour obtenir des groupes mixtes de 30 élèves. On est deux à les accompagner, moi et ma collègue homologue en éducation physique. Mais quatre accompagnateurs, ça serait l’idéal. Une voiture fait la route avec le matériel. Ça s’organise en septembre, octobre, parfois en mai, du vendredi matin au samedi midi pour ne pas trop empiéter sur les cours. »

Si les élèves ne sont pas impliqués dans l’organisation du parcours, ils le sont dans la logistique. Pour le bivouac, chacun vient avec sa contribution (salade, dessert, pot de confiture, charbon de bois...) et muni de sa vaisselle. « On essaye de générer le moins de déchets possible et de les conscientiser à leur impact sur l’environnement, souligne Eric Petry. L’idée est aussi de limiter les frais. Ce séjour leur coûte maximum 12 euros. »

L’enseignant poursuit : « Deux jours, ça nous permet de prendre le temps. Je remarque aussi que l’entraide et la solidarité se font plus naturellement en milieu naturel, lors de l’installation du bivouac ou sur les canoës où ils doivent trouver la bonne technique pour avancer à deux. » Les objectifs de ce séjour, Eric Petry les résume en tout simplicité : « Leur faire expérimenter des choses qu’ils ne font pas ou peu habituellement, comme dormir dehors ou parcourir de longues distances à vélo, et se rendre compte que c’est faisable. Leur faire découvrir une nature sauvage près de chez eux et des plaisirs simples sans dépenser trop d’argent. »

Céline Teret.

Sources

Magazine Symbioses n°102: Voyage éducatif

pdf

Quand journée sportive (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos
Contact : Athénée Royal de Chimay - 060 41 41 00 - www.archimay.be

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be