Les élèves acteurs de leur séjour

Expérience réalisée par
Ecole primaire des Bruyères (Etabl. scolaire).
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
nature / biodiversité, .
Mots clés
enfant, primaire, nature, séjour, séjour scolaire, voyage, voyage scolaire, classe verte, pédagogie de projet.
Date & durée de réalisation
2014.
Lieu de réalisation
Province du Brabant Wallon (1348).

Description de l'expérience

A l’école primaire des Bruyères de Louvain-la-Neuve, les élèves ont pour habitude d’organiser leur voyage de classe eux-mêmes. Cette année, la classe de 5e a décidé de passer une semaine nature à l’asbl Ecole de Clerheid. Un projet qui se prépare et se construit ensemble.

Nos classes vertes s’organisent sur base des envies des élèves, raconte Caroline Lambotte, institutrice de la classe de 5e primaire de l’école des Bruyères. Lors du conseil de classe, on réfléchit ensemble au type de séjour qu’on souhaiterait passer: découvrir la mer, la forêt... Puis, les élèves font des recherches en classe et chez eux et reviennent avec des propositions. Tout cela est discuté et voté en conseil de classe. »

Dans cette école à pédagogie Freinet 1, le conseil de classe occupe une place centrale et agit comme un réel outil de libre expression des élèves et d’organisation coopérative de la classe. L’institutrice souligne cependant que « si toutes les envies sont les bienvenues, elles doivent cadrer avec les objectifs de l’école. C’est donc important que l’enseignant soit clair avec ses propres limites et pose un cadre dès le départ, expliquant que ce séjour doit rester un temps où on découvre des choses en lien avec les cours et où on apprend à vivre en groupe. »

  • Choisir son projet...

Cette année, la classe de 5e primaire a décidé de passer une semaine nature à l’Ecole de Clerheid. Cette ancienne école est aujourd’hui devenue une mini-ferme, lieu d’hébergement et d’animation, située à l’orée d’un bois, au cœur du petit village de Clerheid dans la province du Luxembourg.

Balades en forêt, construction de cabanes, soin des animaux, création artistique à partir de terre ou de bois, grands jeux, histoires et imaginaire... Les élèves vivront ici au plus près de la nature, avec en filigrane l’écoute et l’émerveillement. L’occasion de leur laisser le temps d’agir, de regarder, de contempler. En accord avec les valeurs de solidarité et du souci de l’autre portées par l’asbl, les enfants participeront à tout, même aux tâches journalières : mettre et débarrasser la table, faire la vaisselle, ranger, cuisiner, jardiner, soigner les animaux... « On vit à Clerheid comme on vit dans une maison, souligne Caroline Lambotte. C’est un lieu de vie et le temps de vie est un temps d’activités à part entière. C’est dans la lignée de ce qu’on fait au quotidien dans notre école. »

  • ... et l’organiser

La semaine nature, ça sera pour juin. Pour l’heure, les élèves s’attèlent à son organisation. « Ils sont acteurs de leur projet, poursuit l’institutrice. La préparation de ce séjour est un vrai temps de classe. Et il y a bien assez de choses à organiser pour que chacun puisse s’investir. » Des équipes de travail sont formées pour préparer les aspects logistiques : rédiger les courriers d’infos aux parents, identifier et découvrir la région d’accueil, préparer un grand jeu ou une veillée... Organiser le trajet, aussi : si le retour se fera en voiture, l’aller par contre s’effectuera en train, parce que « le train c’est convivial, on est en situation de vivre ensemble et c’est plus respectueux de l’environnement. » Un groupe d’élèves va donc plancher sur l’itinéraire et les horaires de train. Il faudra aussi estimer le budget et évaluer s’il sera nécessaire d’organiser des activités pour financer une partie du projet.

Chacune de ces équipes présente le résultat de ses recherches ainsi que ses conclusions en conseil de classe. Pour tous ces points, l’ensemble de la classe a donc son mot à dire. Les élèves se trouvent alors en situation de débat, de conflit, de tentative de trouver des solutions et de s’accorder... A l’image de la pédagogie Freinet. Un tel processus est-il à la portée d’une école plus conventionnelle ? Oui, de l’avis de Caroline Lambotte : « Ce n’est pas propre à la pédagogie Freinet, c’est plutôt propre à notre école. Une autre école pourrait le faire aussi, cela dépend des valeurs de l’enseignant et du soutien des collègues et de la direction. Et des conseils de classe, ça existe dans beaucoup d’écoles. Mais c’est vrai qu’en pédagogie Freinet, on part du principe que l’élève est autonome et libre. »

Et nul doute que de nombreuses compétences sont abordées dans la préparation du séjour. Dans son déroulement aussi, au travers des animations proposées par l’Ecole de Clerheid. « Les animations permettent aux élèves de travailler les compétences en pleine nature, poursuit l’enseignante. Pour moi, c’est l’occasion de rencontrer les enfants dans un fonctionnement hors école. Et pour toute la classe, c’est l’opportunité de nourrir le groupe. S’ils oublient les activités réalisées en classe, les enfants n’oublient jamais leurs classes vertes. Ce sont toujours de très beaux souvenirs pour eux. »

Céline TERET

1 Mise au point par Célestin Freinet dans les années 20, la pédagogie Freinet encourage l'expression libre chez l'enfant et la communication. Elle lui fait prendre conscience de son existence à la fois comme individu (respect des rythmes, travaux individuels) et comme être social (vie de groupe, conseils de décision, etc.) Source : www.educpop-freinet.be

Sources

Magazine Symbioses n°102: Voyage éducatif

pdf

les élèves acteurs de leur séjour (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos

Contact :


Partenaire(s)
Ecole de Clerheid.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be