Petite école, grandes économies

Expérience réalisée par
Ecole communale de Brasménil (Etabl. scolaire).
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
énergie.
Mots clés
énergie, éco-gestion, théâtre, réchauffement climatique, climat, primaire.
Date & durée de réalisation
2008.
Lieu de réalisation
Province du Hainaut (7604).

Description de l'expérience

C’est l’histoire d’une petite école, dont le projet de rénovation s’est étendu sur le terrain pédagogique. Un audit énergétique, du théâtre et des éco-gestes, avec en filigrane l’énergie et le réchauffement climatique abordés en toute interdisciplinarité.

Lovée dans le village de Brasménil, repose une toute petite école communale très énergivore. Pour cause, une chaudière vétuste, des fenêtres simple vitrage, des combles non isolés, un système d’éclairage pompeur d’énergie… Bref, un bâtiment et des équipements à l’appétit énergétique féroce. La commune de Peruwelz décide alors de prendre le problème à bras de corps en mettant en route un projet de rénovation, notamment en termes d’isolation, de chaufferie et d’éclairage.
Cet aménagement de circonstance va très vite s’accompagner d’un projet pédagogique visant à impliquer les 36 élèves de maternelle et primaire et leurs deux institutrices dans cette dynamique d’économie d’énergie. C’est le service eco-conseil de la commune qui donne l’élan. « La gestion de ce projet pédagogique s’est voulue participative, raconte l’éco-conseiller Thierry Delcuve. J’ai proposé certaines pistes aux institutrices. Elles ont ensuite posé des choix et se sont appropriées le projet. Quant aux élèves, ils étaient à l’origine de la plupart des actions mises en oeuvre. »

  • Interdisciplinarité et expertise externe

Pour les deux institutrices, se plonger dans l’énergie et le réchauffement climatique fut une première. « Comme tout le monde, on avait déjà entendu parler de ces thématiques, mais on n’est pas des expertes dans le domaine, explique Marjorie Trivière, institutrice de la classe des 6 années de primaire. Au final, il est assez facile d’aborder ces questions dans les différentes branches : en math, avec des lectures de graphiques ; en français, avec des textes sur les changements climatiques ; en géographie, avec le parcours du pétrole… »
Pour les questions plus pointues, l’école a fait appel à des intervenants extérieurs, comme le CRIE (Centre Régional d'Initiation à l'Environnement) de Mariemont venu faire une animation sur les économies d’énergie, petites expériences scientifiques sous le bras : pile à combustible, mini panneau solaire, usine miniature fonctionnant à la vapeur… Ou encore, l’asbl Coren et son audit énergétique, qui ont permis aux élèves de primaire de visiter des recoins parfois oubliés de l’école à la recherche de failles énergétiques et de remèdes miracles. Les élèves ont aussi sorti leur plus belle plume pour rédiger une lettre destinée aux autorités communales, contenant les résultats de l’audit. Autre action : la désignation, chaque semaine, d’un responsable énergétique qui veille à fermer portes et fenêtres, à dégager les radiateurs, à éteindre les lumières…

  • « SOS, la banquise a trop chaud »

Aux économies d’énergie propres à l’école s’est ajoutée une réflexion sur la consommation énergétique dans le monde et ses répercussions sur la planète. De là ont vu le jour deux pièces de théâtres, pensées et écrites par les élèves : « Je me tiens au courant, j’éteins la lumière ! » et « SOS, la banquise a trop chaud ». Cette dernière met en scène un pingouin et un ours polaire alarmés par la fonte des glaces. L’occasion de revenir sur l’effet de serre et le réchauffement climatique. Histoire d’élargir la sensibilisation, auprès des parents notamment, les deux pièces ont animé la fête de l’école. Les enfants se sont également produits devant d’autres établissements scolaires lors du forum « Ecoles pour demain » de Coren. Titillée par le zèle de l’école de Brasménil, la télévision locale a consacré un reportage à l’ensemble de la démarche.
« L’opération a permis de mettre un coup de projecteur sur une petite école de village dont l’image s’était un peu ternie à cause de son état, souligne Thierry Delcuve. Ce projet pédagogique a séduit des parents extérieurs à l’école. » Et selon les estimations de l’éco-conseiller, l’école remise à neuf (les travaux débuteront fin d’année) et la communauté scolaire désormais conscientisée devraient permettre une diminution de… 50% de la consommation ! Ça vaut le coup, pour le portefeuille et pour la planète.

Sources

Magazine Symbiose n°79

pdf

Petite école, grandes économies (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Partenaire(s)
COREN, CRIE de Mariemont.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be