A l'école des animaux

Expérience réalisée par
Ecole les Peupliers.
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
faune.
Date & durée de réalisation
été 2015.
Lieu de réalisation
Région Bruxelloise (1070).

Description de l'expérience

Située au coeur d'Anderlecht, l'école fondamentale Les Peupliers a fait le pari d'un meilleur vivre ensemble fondé sur le contact direct des enfants avec les animaux. Découverte d'une école « animaux a(d)mis » !

A peine passé la porte de l'école, entend-on les rires des enfants se mêler aux cris des canards, chèvres et poules. C'est que toute une ménagerie vit au rythme de cette école, ou peut-être est-ce l'inverse ? En effet, depuis 3 ans, lapins, cobayes, chèvres, poules, canards et oies partagent le quotidien des enfants. « A l'époque, l'aménagement de la cour de récréation avait libéré des espaces verts», explique Madame Leemans, directrice de l'école. « Avec Olivier Divry, professeur d'éducation physique, nous y avons vu une opportunité de projet pour pallier des problèmes de violence entre élèves. »

  • Mettre la main à la patte

Ainsi, dès la phase de construction, les enfants ont été impliqués. Coordonnés par Olivier Divry, en charge du projet, les élèves ont calculé les périmètres et les aires des enclos ainsi que la quantité de grillage et de clôture nécessaire. Ils ont également participé à la construction des maisonnettes, réalisé les devis et rédigé des demandes d'autorisation. Ces premières étapes ont montré tout l'intérêt pédagogique du projet. « Les liens avec les matières à enseigner étaient multiples (mathématiques, géométrie, expression écrite...), ce n'était pas quelque chose en plus, mais bien un outil d'apprentissage ! », précise Olivier Divry. Pour ce faire, l’enseignant a été détaché d'une partie de ses heures. Il assurait la réalisation pratique avec une demi classe pendant que l'autre travaillait la théorie avec son institutrice. Le tout en alternance.

Une fois les animaux installés, et pour répondre au mieux à leurs besoins, toutes les classes ont reçu une animation gratuite du service Éducation de GAIA, une asbl de sensibilisation au respect des animaux (lire article p12). « La présence d'animaux vivants dans l'école vise aussi la responsabilisation et l'autonomisation des élèves, commente la directrice.A tour de rôle, ils s'occupent du nourrissage et de l'entretien des enclos et prennent cela très à cœur ! ». La participation est libre. Mais pour s'assurer que tous les enfants en profitent, les professeurs d'éducation physique y consacrent systématiquement vingt minutes de leur cours. « Courir avec les chèvres dans la cour de récréation ou courir autour d'un gymnase, c'est une activité en extérieur où les enfants sont actifs ! », s'exclame Monsieur Divry. Les lapins, quant à eux, vivent en classe. Pendant les leçons, ils circulent librement.  Les institutrices y voient un réel bénéfice en matière de concentration pour les élèves.

  • Grands et petits, tous conquis !

Le vendredi, jour de grand nettoyage, les enfants travaillent par groupe de la 3ème à la 6ème année. Ce sont les grands qui expliquent aux petits. Cette collaboration favorise l'échange entre eux et permet au projet de perdurer lorsque les grands quittent l'école.
« Depuis que le projet est sur les rails, la violence a considérablement diminué dans l'école, ajoute Madame Leemans. Quand les élèves sont actifs et en contact avec la nature, ils n'ont pas le temps de se disputer !» A l'inverse des poules, le projet vole presque de ses propres ailes. En outre, durant les vacances, des institutrices et même des enfants habitant le quartier se portent volontaires pour nourrir et soigner les animaux. Une véritable relation affective s'est construite entre animaux et humains. Le projet a aussi un impact positif sur la propreté dans l'école. En effet, les enfants scrutent la cour de récréation avant d'y laisser courir les chèvres. Ils savent que les déchets sont dangereux pour elles. L'ensemble des activités est issu d'une volonté d'offrir un autre cadre de travail aux enfants, de les sortir des quatre murs de leur classe, pour apprendre dehors. L'école envisage d'ailleurs de créer une classe ouverte dans la cour avec une infrastructure adaptée. Un pas de plus vers la concrétisation des apprentissages scolaires et la recherche permanente d'un mieux vivre ensemble. Pari réussi à l'école Les Peupliers !

Hélène COLON

 

Sources

Magazine Symbioses n°107: A l'école des animaux

pdf

A l (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos
Contact : Ecole fondamentale Les Peupliers à Anderlecht - 02 523 76 61 - lespeupliers@skynet.be


Partenaire(s)
GAIA Education.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be