A la rencontre des animaux de la ferme

Expérience réalisée par
Le Fagotin (A.S.B.L.).
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
faune.
Mots clés
enfant, animal, bien-être, rapport à l'animal, maternelle.
Date & durée de réalisation
2015.
Lieu de réalisation
Province de Liège (4987).

Description de l'expérience

Partout en Belgique, les fermes d’animation plongent petits et grands dans le monde de la vie agricole à échelle réduite. Visite au Fagotin, où les approches sensorielles et affectives portées par les animateurs installent un climat de confiance entre animaux de la ferme et visiteurs.

Dans un large enclos en plein air, poules et enfants sympathisent. De près pour certains, de plus loin pour d’autres. Une petite fille tente timidement d’accueillir dans ses bras la poule que lui tend Olivier, animateur au Fagotin. « On dirait que Louane a de moins en moins peur, murmure l’animateur à l’enseignante qui assiste à la scène, épatée. C’est parce que vous la mettez bien en confiance. » Et dire que Louane avait commencé sa journée en annonçant qu’elle avait peur des animaux et qu’elle ne voulait pas les toucher...

Depuis lors, la petite fille et ses copains de maternelle en ont rencontré des animaux. Ils ont sillonné la ferme de long en large, pour nourrir les lapins nains tout doux, observer les petits canetons, traire une chèvre bien docile, caresser de mignons chevreaux... « Faites doucement, lance parfois Olivier, si vous êtes bien calmes avec les animaux, ils sont calmes avec vous. » Les enfants ralentissent leurs gestes et s’appliquent. C’est d’ailleurs avec grande délicatesse qu’ils brossent les trois ânes qui les emmèneront ensuite pour une balade dans la campagne vallonnée du village ardennais de Stoumont.

  • Sens et confiance
La ferme d’animation Le Fagotin, également Centre Nature, accueille un public varié : écoles maternelles, primaires et secondaires, familles, personnes handicapées ou fragilisées, touristes... Pour des animations de quelques heures ou d’une journée, pour des stages de trois jours ou d’une semaine. Une fois sur l’année ou de façon récurrente. Tout public de passage ici entrera en contact avec le vivant, via des approches sensorielles et affectives : observer les animaux, les approcher, les toucher du bout des doigts ou les caresser longuement, les nourrir et les soigner aussi. Des activités qui impliquent le respect de l’animal et une nécessaire mise en confiance. « Ce n’est pas toujours facile parce que la plupart des personnes qui arrivent ici ne connaissent pas le milieu de la ferme, explique Stéphane, animateur. Il y a alors des émotions qui jaillissent, des peurs, de l’excitation. Pour gérer cela, nous recentrons le groupe ou nous prenons la personne à part, et nous observons l’animal ensemble. Nous veillons aussi à toujours bien expliquer quelques règles : des gestes de sécurité pour les participants et de respect pour le bien-être de l’animal. Lorsque la confiance s’est installée, il se passe des choses parfois surprenantes. Un enfant qui parvient à surmonter sa peur. Une personne autiste qui entre en communication avec un animal.  La ferme d’animation est un outil magique. »

Qui vient au Fagotin apprendra peut-être aussi à traire une vache, puis à fabriquer du fromage ; à récolter des œufs au poulailler, puis à les cuisiner ; à rendre visite aux moutons, puis à s’initier au travail de la laine. « Nous abordons aussi la ferme comme espace de production de nourriture, poursuit Stéphane. C’est l’occasion de faire le lien entre le vivant et notre consommation alimentaire, d’expliquer aussi la différence entre les fermes familiales et les plus grosses fermes de production. »

  • Bien-être animal

On l’a bien compris, la petite ferme Le Fagotin est bien loin de la grosse machinerie de certains parcs animaliers. Comme le souligne Olivier, « nous ne voulons pas faire de cette ferme un zoo, avec consommation d’activités animalières. Ici, on prend le temps d’observer les animaux et de privilégier l’approche sensorielle du vivant. » Mais, même si toutes les précautions sont prises par l’équipe d’animateurs pour que les activités se fassent dans le respect de l’animal, et même si la plupart des bêtes présentes sont nées ici, on est en droit de se demander si les ribambelles d’enfants enthousiastes et les multitudes de mains caressantes ne viennent pas parfois un peu perturber la quiétude des animaux. Selon Stéphane, « nos animaux subissent peut-être un facteur stress dû au passage parfois intense du public.
Mais ils ont ici une vie agréable : ils disposent d’espace et de nourriture de qualité, sont bien soignés, vivent plus longtemps, allaitent leurs petits... C’est bien différent de certaines fermes industrielles. »

Olivier ajoute : « Nous tentons d’apporter le plus de bien-être possible aux animaux. Il y a comme un contrat signé entre nous et nos bêtes. Lors des animations et visites, nous ne restons pas trop longtemps dans leur espace. Nous veillons à leur laisser la bulle de calme nécessaire. Nous n’autorisons pas notre public à toucher tous les animaux, certains sont gardés à distance. Même si les animaux sont nos “outils pédagogiques”, nous y sommes très attachés. Ils font partie de l’équipe. »

Céline TERET

Sources

Magazine Symbioses n°107: L'animal pour éduquer ?

Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos
Contact : Le Fagotin - 080 78 63 46 - www.fagotin.be

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be