Accueillir la biodiversité à l’école : un coin de paradis

Expérience réalisée par
BS Hendrik Conscience.
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
alimentation, nature / biodiversité.
Mots clés
animaux de la ferme, biodiversité, compost, jardin, potager.
Date & durée de réalisation
2015.
Lieu de réalisation
Région Bruxelloise (1030).

Description de l'expérience

Il fut un temps où les abords l’école Hendrik Conscience étaient peu accueillants. Un bout de terrain sans vie, sans intérêt. Quelques efforts plus tard, ce coin est devenu l’attrait de tout un quartier. Les enfants s’y pressent pour nourrir les poules et s’occuper de leur jardinet. Les enseignants viennent s’y installer sur les bancs pour donner cours ou simplement faire une pause (avec ou sans élèves). Même les habitants du quartier s’y arrêtent pour tailler un brin causette.

On n’a rien sans rien, si ce petit coin de paradis vert s’est installé à l’école, c’est grâce à l’investissement personnel des élèves, des enseignants et des parents. Ensemble, ils se sont retroussé les manches et on transformé une zone « morte » en terrain de jeu propice à l’ErE (éducation relative à l’environnement).

Pour commencer, les enseignants ont organisé une séance de brainstorming avec les parents, en janvier 2013. But de l’exercice : examiner ce qu’il y avait lieu de faire afin d’augmenter l’attractivité de cet endroit vide. Lors de cette table ronde, parents et enseignants ont exprimé leurs idées et leurs attentes. Cette réflexion a constitué la base du projet.

Un coin multifonctions

Que peut-on voir désormais sur ce terrain réhabilité ?

  • Un poulailler

Construit par les parents et les enseignants, il accueille quelques poules sauvées d’un élevage en batterie. Elles ont été adoptées via le site www.redeenlegkip.nl/ pour 7.50 EUR chacune. Les enfants, très enthousiastes, ont rivalisé de créativité pour nommer leurs nouvelles compagnes.

Gérer un poulailler, c’est l’école de la vie. Ce sont des moments de joie au contact des animaux, des moments de responsabilité lorsqu’il faut les nourrir et ramasser les œufs (les classes s’en chargent à tour de rôle). Ce sont aussi des moments durs, lorsque les poules sont attaquées par des prédateurs environnants, comme des chiens. L’école a perdu l’une de ses poules de cette façon, les enseignants ont rebondi et abordé avec les enfants la gestion de la perte. Ce sont enfin des moments éducatifs en matière de développement durable. La problématique de l’élevage en batterie a été vue en classe par exemple.

Par ailleurs, un élève est désigné comme parrain des poules. Les enseignants lui ont appris comment nettoyer le poulailler. Chaque mois, ce parrain montre aux autres élèves comment faire. Le but de la manœuvre est que chacun puisse exécuter cette tâche sur son temps libre (comme le mercredi pendant la garderie).

  • Un coin de parole

Quatre bancs ont été installés dans ce coin de nature pour y organiser des temps de parole. Toutes les classes y viennent dès que la météo est clémente, été comme hiver. Les instituteurs y lisent des histoires ou donnent cours à l’abri des plantations qui créent de l’intimité.

  • Un potager

Des bacs d’1m² accueillent des légumes et herbes aromatiques que les enfants entretiennent en collaboration : les 6e primaires avec les 1e maternelles, les 5e primaires avec les 2e maternelles, les 4e primaires avec les 3e maternelles ; le 1er cycle primaire travaillant séparément.

Chaque cycle a 1m² à entretenir. Pour que les enfants sachent quand vient leur tour, les élèves de 6e primaire ont créé le trophée ‘Groene Vinger’ (Main verte). Celui-ci passe de cycle en cycle chaque semaine, désignant clairement qui est en charge du potager.

  • Un compost

Il absorbe tous les déchets de jardin de l’école. Chaque classe dispose d’un bac vert pour trier ses déchets, les élèves vont le vider eux-mêmes sur le compost.

  • Un hôtel à insectes

Il est employé par les classes maternelles pour observer la vie des petites bêtes et apprendre à mieux les connaître.

Une cour de récré plus verte

Avant, la cour de récréation des maternelles, c’était un grand espace gris, entièrement dallé, sans possibilité de se protéger du soleil lors des fortes chaleurs. Il a suffi d’enlever quelques dalles pour libérer des carrés de terre. Les élèves de 5e primaire y ont planté des charmes, créant ainsi des petits coins ombragés et calmes dans la cour. À cela se sont ajouté un tilleul (l’arbre de l’amitié) et une cabane construite en branches de saule.

Ecole, familles,quartier : tous en profitent

Les divers aménagements, sur les abords de l’école et dans la cour des maternelles, profitent à toute l’école, aux parents et même au quartier.

Les poules et les bancs exercent un fort pouvoir d’attraction. Il est courant que certains parents s’y attardent pour papoter ensemble ou avec les enseignants. Et cela va plus loin, parmi les nombreux passants quotidiens, sans rapport avec l’école, certains s’arrêtent, papotent, d’autres apportent des restes de repas pour les poules et se portent même volontaires pour s’occuper du poulailler pendant les vacances.

Ce coin offre également un contact avec la nature et les animaux, ce qui est important pour les familles et habitants de quartier qui vivent pour la plupart en appartement.

La vie de l’école a bien sûr aussi changé. On profite beaucoup plus de l’extérieur. Cela offre par ailleurs un endroit calme et aéré où les enseignants peuvent prendre leur pause de midi.

Quant au potager, il a fait découvrir et aimer aux enfants des produits qui, a priori, les rebutaient, comme le cassis par exemple.

Et pour tenir tout ce petit monde informé, le blog http://bshcgo.wordpress.com/ suit les évolutions du projet au fil des saisons.

Avis & Conseils pédagogiques

Un succès en 4 clés
- Le projet a fait l’unanimité, avec des objectifs clairs dès le départ.
- Les plans ont été réalistes.
- L’implication des parents a été importante. Lors de la soirée bricolage, 25 parents se sont mis au travail, créant des liens particuliers et   partageant leur enthousiasme. Par la suite, certains ont poursuivi l’effort.
- L’impact positif du coin de nature sur le quartier est évident, c’est un endroit de fort passage qui est véritablement valorisé.

 Le soutien d’experts pour de bons résultats


L’asbl Plant en Houtgoed a prodigué ses conseils aux enseignants : quelles plantes et fleurs choisir (afin de ne pas se retrouver avec des récoltes prévues pendant les congés, par exemple), comment les planter, quel bois utiliser pour les bancs afin d’en limiter l’entretien… Cette aide précieuse a favorisé la gestion du projet.

L’association a également formé les élèves de primaire et leurs enseignants :

    2e: herbes aromatiques ;
    3e: planter et composter ;
    4e: confection de boules de graisse pour oiseaux ;
    5e: plantes et plantation d’arbres.

Sources

Expérience publiée sur le site Bubble de l'IBGE

Subsidié par

Région de Bruxelles-Capitale, Communauté française

Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Partenaire(s)
asbl Plant en Houtgoed.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be