De la science dans le compost

Expérience réalisée par
Worms (A.S.B.L.).
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
sciences, sol et sous-sol.
Mots clés
sciences, approche scientifique, sol, analyse de sol, déchet, matière organique, compost, vermicompost, compostage, participation, école, ErE, éducation à l'environnement.
Date & durée de réalisation
2019.
Lieu de réalisation
(0).

Description de l'expérience

Le compost, comme terreau de découvertes scientifiques et d’éducation à l’environnement. Du sol aux déchets organiques, Bertrand Vanbelle, de l’asbl Worms, partage ses ficelles d’animateur.

Pour l’asbl Worms, un projet de compost à l’école ne se limite pas à l’installation d’un espace dédié aux déchets organiques dans un coin de la cour de récré. Il y a des préalables, indispensables, qui se déroulent en animation et visent à découvrir, à observer, à expérimenter et à mieux comprendre la vie sous terre, ce qui y grouille et ce qui s’y passe. Bertrand Vanbelle, animateur, explique: "On va commencer par parler du sol et de sa composition: la terre, les racines, les bestioles, les éléments minéraux et organiques,… D’abord en classe, en questionnant les élèves et à l’aide de matériel pédagogique. Ensuite, sur le terrain, munis d’une pelle, en creusant le sol vivant pour mieux l’observer. Les élèves reviennent ensuite en classe avec des échantillons de sol à partir desquels on réalise des petites expériences scientifiques: repérer les bestioles (avec une clé d’identification), observer la décomposition de la matière organique (avec de l’eau déminéralisée), etc." A la fin de cette première séance, Bertrand laisse aux élèves un terrarium, contenant terre, sable, végétaux, vers de terre et autres organismes vivants,… Pendant plusieurs jours, la classe dispose alors de son petit écosystème sol à elle, tel un véritable laboratoire d’observations et de découvertes. Seule consigne laissée par l’animateur: le terrarium doit être aéré et arrosé. "Je ne leur donne pas trop de consignes, poursuit Bertrand, de manière à les mettre en situation de démarche scientifique. Pendant une semaine, ils observent et analysent ce qui se passe. Et à mon retour, ils me font part de leurs constats et analyses, et on tire des conclusions ensemble. La plupart des bestioles sont mortes? Le terrarium dégage une drôle d’odeur? Pourquoi? Et comment y remédier? On fonctionne par essai-erreur." De fil en aiguille, l’animateur aborde ensuite la nourriture des différents organismes contenus dans le sol, pour, in fine, en venir à la valorisation des déchets organiques ménagers et à l’utilité de composter. Lors de la séance suivante, viendra le moment de construire le compost. Une construction qui prendra, dès lors, tout son sens.

Céline Teret

Sources

Magazine Symbioses n°121 : Un·e scientifique sommeille en vous ?

pdf

De la science dans le compost (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos
Worms asbl - 02 611 37 53 - www.wormsasbl.org

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be