Collaborons, en transition

Expérience réalisée par
CRIE d'Anlier (A.S.B.L.).
Cadre
socio-culturel (associations: sport., cult., environ.,...), professionnel (entreprises, organisations, commerces, syndicats,...)
Public(s)
adultes.
Thème(s)
citoyenneté, éco-consommation.
Mots clés
initiative de transition, déchet, éco-consommation, repair café, citoyenneté.
Date & durée de réalisation
2019.
Lieu de réalisation
Province du Luxembourg (6720).

Description de l'expérience

Les associations d’éducation à l’environnement peuvent soutenir les initiatives citoyennes de transition. L’exemple avec l’association Nature Attitude qui, dans le cadre de ses activités d’éducation permanente, accompagne des projets de transition et de consommation alternative en province de Luxembourg.

L’ aventure d’Habay en transition démarre les yeux rivés sur un large écran. Ce soir-là, dans une salle de la commune luxembourgeoise, une cinquantaine de personnes visionnent le film documentaire Qu’est-ce qu’on attend ?1. Un film qui raconte comment une petite ville d’Alsace de 2 200 habitants s’est lancée dans une démarche de transition vers l’après-pétrole en décidant de réduire son empreinte écologique. Inspirant. Après le générique de fin, les citoyens et citoyennes sont invité·es à répertorier toutes les initiatives existantes sur la commune et celles qu’ils et elles aimeraient voir émerger. Rapidement, un groupe souhaitant agir sur la commune d’Habay se lance, Nature Attitude accompagne la démarche. Sont alors posés les premiers jalons de ce qui deviendra très vite Habay en transition. Collectivement, les habitant·es décident d’investir des questions telles que la réduction des déchets, la consommation durable ou l’habitat.

C’était il y a deux ans, en 2017. Depuis lors, des projets sont sortis de terre à Habay : un séchoir collectif pour fruits, légumes et herbes, ainsi qu’un groupe Zéro déchet à l’initiative d’un Repair Café et d’un autocollant « J’accepte le vrac » distribué aux commerces de proximité… Et, bientôt, des actions avec des jeunes autour de la récup et du vrac.

  • L’articulation individu - collectif

Comme pour toute initiative, il y a eu, en cours de route, des hauts et des bas, des balbutiements et remises en question. « Les gens voulaient être dans le concret, ce qui est super. Mais il est essentiel de penser aussi la dynamique de groupe : qui décide quoi et comment », explique Véronique Huens, de Nature Attitude.

L’animatrice raconte également sa place en tant qu’intervenante en éducation permanente : « Mon rôle est de rappeler la dimension collective et critique, telle que défendue par l’éducation permanente. L’idée est de ramener la réflexion et la conscience citoyenne au cœur de ce genre d’initiatives, pour ne pas rester uniquement sur les gestes individuels. » Un exemple parlant : prochainement Habay en transition organisera une action « Plastic Attack », visant à dénoncer le suremballage généré par le secteur industriel et la grande distribution, en invitant les client·es à laisser devant les supermarchés tous les emballages des produits achetés. Cette action, aux accents militants et engagés, s’accompagnera d’une distribution de sacs et mouchoirs en tissus confectionnés à partir de récup’ par les jeunes de la Maison des jeunes de la commune. Ces deux projets, au départ distincts, ont été rassemblés pour faire se rencontrer revendications politiques et gestes individuels.

  • Education par les pairs et émancipation

En tant que facilitatrice, Véronique Huens applique également l’une des règles d’or de l’éducation permanente : partir des savoirs et vécus des gens, de là où ils sont, pour les faire émerger au sein des groupes. « Je ne suis pas là en tant que formatrice ou pour faire passer un savoir. J’accompagne, je facilite les échanges. Il y a clairement dans ce genre d’initiative collective une éducation entre pair·es qui prend forme. On est dans le partage et l’échange, de savoir-faire et de réflexions. Et il y a aussi une dimension émancipatrice de la personne. Certaines personnes osent prendre la parole en groupe, alors qu’au départ elles étaient très réservées. D’autres personnes viennent au départ avec des préoccupations très personnelles, puis prennent petit à petit conscience de l’importance d’élargir cette réflexion à une vision plus globale. "

Depuis peu, un autre groupe en transition prend forme au nord d’Habay, à Bastogne. Au départ : l’interpellation d’une citoyenne « inquiète pour l’avenir de la planète ». Aujourd’hui, une vingtaine de personnes ont rejoint les rangs pour construire, ensemble, un projet citoyen et collectif. A Bastogne, comme à Habay, Nature Attitude accompagne l’initiative, dans l’idée qu’à terme, elle vole de ses propres ailes, en toute autonomie.

Céline Teret

 1 Film de Marie-Monique Robin, 2016 : www.mariemoniquerobin.com

Sources

Magazine Symbioses n°117 : Les chemins éducatifs de la transition

pdf

collaborons (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be