Attention chantier scolaire

Expérience réalisée par
école de Bléharie.
Cadre
scolaire et parascolaire
Public(s)
enfants (maternelle/primaire).
Thème(s)
énergie, climat.
Mots clés
énergie, URE, gestion de l'énergie, empreinte écologique, climat, éco-consommation, énergie renouvelable, énergie verte, énergie douce.
Date & durée de réalisation
2005.
Lieu de réalisation
Province du Hainaut (7620).

Description de l'expérience

L’énergie sur les bancs de l’école, oui mais pas seulement. A l’école de Bléharies, le terrain est également de rigueur, du relevé des compteurs au suivi des travaux d’aménagement du bâtiment scolaire. Tout un programme !

Le projet d’établissement de l’école de Bléharies a pour défi de sensibiliser les enfants aux enjeux environnementaux et de les impliquer en tant qu’acteurs, pour qu’adultes, ils y restent réceptifs et actifs. D’emblée, la petite école communale, située dans le Hainaut, se démarque par sa fibre environnementale prononcée. L’éducation à l’énergie y a pris une place prépondérante depuis quelques années. Les plus âgés des 140 petits bouts que compte l’école (maternel et primaire confondus) sont « drillés » aux économies d’énergie. Et pour cause, ils ont mis la main à la pâte. Retour en arrière…

  • Sous l’impulsion de l’appel à projet

L’approche « énergie » de l’école a pris son envol pas à pas. D’abord par des actions ponctuelles, comme l’organisation de visites, pour les élèves de 5e-6e années, d’une entreprise d’installation de panneaux solaires ou encore d’un ancien charbonnage en France.
Surgit ensuite, telle une aubaine, l’appel à projets Feedu1. Coordonné en Région wallonne par l’APERe (Association pour la Promotion des Energies Renouvelables), ce projet éducatif européen est mené sur une période de deux ans (2005-2007) dans plus de 130 écoles primaires (dont 15 en Wallonie) issues de 9 pays d’Europe. Son but : sensibiliser les élèves à l’utilisation rationnelle de l’énergie et aux énergies renouvelables. Pour ce faire, Feedu apporte aux enseignants des écoles sélectionnées un accompagnement pédagogique, via des formations et outils adaptés.

  • Des compteurs au chantier

Prendre part au projet Feedu colle donc à merveille avec le projet d’établissement de l’école de Bléharies, mais aussi avec les futurs travaux d’aménagement du bâtiment scolaire. « L’école devait être rénovée. Il nous a donc semblé opportun de centrer nos actions pédagogiques vers cette rénovation », explique Etienne Pottiez, directeur de l’école.
Dans un premier temps, comme le prévoit le projet Feedu, la classe de 5e-6e s’atèle à dresser l’état des lieux énergétique de l’école. Après avoir relevé les compteurs d’eau et d’électricité, ainsi que la jauge à mazout, les élèves déposent sur papier leurs résultats, leurs constats, leurs propositions d’améliorations techniques à apporter au bâtiment, ainsi que les comportements à adopter par chacun pour économiser l’énergie. Ce rapport est ensuite présenté à l’échevin de l’enseignement. Une proposition des enfants est également soumise à l’architecte : le placement de citernes pour alimenter les sanitaires. Proposition prise en compte ! Afin de sensibiliser papas et mamans, les élèves calculent avec eux leur empreinte écologique et réalisent une enquête sur le mode de vie, au niveau énergétique, des parents et grands-parents.
Vient enfin le temps des travaux. Rehaussement du bâtiment, aménagement de classes dans le grenier, isolation de la toiture, installations de doubles vitrages… Tout est prétexte à apprentissage. « Les élèves ont pu assister à certaines réunions de chantier. Une visite du chantier a également été organisée, avec les explications de l’architecte », poursuit le directeur. Parallèlement à l’apprentissage sur le terrain, l’énergie est bien sûr explorée sur les bancs de l’école, au sein des différentes matières (lire encadré « Pistes pédagogiques »). Là, la sensibilisation s’étale jusque dans la classe de 3e-4e.

  • Enseignants outillés

« Très souvent, les professeurs hésitent à aborder l’éducation à l’énergie. Ils ne connaissent pas bien le sujet, ou ne savent pas par quel bout le prendre », explique Nathalie Gilly de l’APERe2. C’est pourquoi, dans le cadre du projet Feedu, l’association a proposé, avec le soutien de la Région wallonne, un cycle de trois formations afin que les enseignants disposent d’outils pour mener à bien leur projet. Etienne Pottiez de confirmer : « Nous avons été bien conseillés grâce aux formations. Elles ont permis de compléter les connaissances de chacun, de structurer la matière à aborder avec les enfants, et de donner des outils aux enseignants pour se lancer dans le projet. » Entièrement gratuits, ces outils et formations ont par exemple facilité la compréhension et la concrétisation d’actions telles que la réalisation de l’état des lieux énergétique de l’école ou le relevé des compteurs.
Un soutien financier de Feedu d’environ 600€ a également permis à la petite école de faire appel à d’autres partenaires. Comme le Centre Régional d’Initiation à l’Environnement (CRIE) de Mariemont et ses animations spécifiques sur l’énergie auprès des deux classes (3e-4e et 5e-6e). Quant aux rénovations, elles ont été prises en charge financièrement par le Fonds des bâtiments scolaires de la Communauté française et la commune en tant que pouvoir organisateur.

  • La suite…

A l’heure qu’il est, la petite école a retrouvé son calme. Les travaux terminés, les élèves s’en sont retournés dans leurs classes entièrement liftées. Pas question pour autant de jeter aux oubliettes les démarches entreprises en matière de sensibilisation aux économies d’énergie. Les élèves poursuivront les relevés des compteurs, afin de constater les effets de la rénovation sur la consommation énergétique. Elargir la sensibilisation fait également partie des prolongements de ce projet : « On souhaiterait toucher les enfants le plus tôt possible, dès la maternelle, souligne le directeur. Et aussi aller d’une prise de conscience vers un réel changement de comportements, ce qui est plus difficile…» Mais loin d’être impossible !

Céline TERET

1 Le projet Feedu (Force énergétique par l’éducation) est aujourd’hui clôturé. Comme
alternatives, épinglons « Réussir avec l’énergie » proposé par la Région wallonne et
« Défi Energie Ecoles » de Bruxelles Environnement (voir Adresses utiles pp. 22-23).
2 Dans le magazine Renouvelle n°20, APERe, 2e trimestre 2007.

Avis & Conseils pédagogiques

Pistes pédagogiques

Les enseignantes de l’école de Bléharies ont travaillé par projet, en abordant l’énergie en filigrane au travers de nombreuses matières.
Quelques exemples…

  • Expériences scientifiques : relevés de la température près des fenêtres à simple ou double vitrage ; relevés des consommations électriques de différents appareils ; découverte du fonctionnement d’une éolienne.
  • Mathématiques : calcul des consommations énergétiques; compréhension du kWh ; analyse et réalisation de graphiques.
  • Français : rédaction d’une enquête destinée aux grands-parents ; rédaction d’un rapport des mesures de consommation d’énergie et des améliorations à apporter ; recherche et lecture d’articles se rapportant au thème.
  • Informatique : encodage et traitement des données relevées.
  • Eveil historique : évolution du mode de vie du point de vue énergétique.
  • Civisme : développer des attitudes responsables.

Sources

Magazine Symbioses spécial primaire

pdf

symbiose primaire (PDF)


Subsidié par

Région wallonne

Indicateurs

Niveau(x) d'implication :
apprendre, s'informer, mener des actions et agir sur le fonctionnement d'une structure, d'une collectivité (école, commune, organisation, administration, entreprise...)
Ettendue géographique de l'action :
local

Autres informations liées à cette expérience :

Partenaire(s)
APERe, CRIE de Mariemont.

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be