Pour animer le territoire

Expérience réalisée par
Ecotopie - Laboratoire d'éco-pédagogie (A.S.B.L.).
Public(s)
adultes.
Thème(s)
pédagogie / éducation / formation, milieu rural.
Mots clés
formation, aménagement du territoire, jardin solidaire, ancrage territorial, milieu rural, pédagogie, éco-pédagogie.
Date & durée de réalisation
2010.
Lieu de réalisation
Province de Namur (5336).

Description de l'expérience

Dans le cadre de son nouveau Brevet de pratiques en écopédagogie, l’Institut d’Eco-Pédagogie propose une orientation « Animation territoriale ». Pour s’interroger sur le concept de territoire. Pour mieux cerner ses nombreux acteurs et ses enjeux. Pour glaner des techniques d’animation. Pour entrer en projet.

« L’animation territoriale est un nouveau métier, souligne Christine Partoune, formatrice de l’orientation « Animation territoriale » (1), proposée par l’Institut d’Eco-Pédagogie (IEP). Dans les communes, les quartiers, les espaces culturels ou les parcs naturels, par exemple, le personnel est amené à organiser ou animer des processus de participation citoyenne. Or, mener des projets sur un territoire avec différents acteurs requiert des compétences en animation assez spécifiques. » Michel Ericx, également formateur, ajoute : « Là où les communes ou autres structures ont pour unique objectif de faire participer les citoyens, nous essayons de proposer des outils afin que ce processus soit formatif pour la population et les différents acteurs qui y prennent part. »
La formation repose sur la triple sphère relationnelle individu - société - environnement. « Toute la spécificité de l’écopédagogie réside dans la complexité de ces relations et dans la prise en compte de l’environnement, poursuit encore Christine. Trop souvent, les processus de participation citoyenne ne privilégient que la sphère société, avec un groupe social qui réclame pour lui-même, ne tenant compte ni de sa relation personnelle à l’environnement, ni de l’environnement dans sa globalité. Il est essentiel de recadrer à une échelle plus large. »

  • Pédagogie par projet et du projet

C’est à Courrière, en campagne namuroise, que les deux formateurs de l’IEP ont donné rendez-vous aux futurs brevetés. Ce n’est pas par hasard que s’ouvre ici le premier module de l’orientation « Animation territoriale ». Le parcours formatif a été pensé et construit autour d’un projet de développement déjà existant, en milieu rural. Tout au long du processus, les participants seront en effet amenés à rencontrer les acteurs et réalités d’un GAL, un Groupe d’Action Locale (2). Et plus exactement, celui des communes de Gesves, Assesse et Ohey.
Parmi les projets du GAL, le Jardin solidaire de Gesves. Ce maraîchage, qui dépend du CPAS de la commune, accueille des personnes en réinsertion professionnelle. Les légumes cultivés permettent de proposer des paniers aux habitants et écoles du coin. Une initiative qui, grâce au GAL, devrait se multiplier dans d’autres communes. Et c’est précisément là que les participants à la formation « Animation territoriale » devraient intervenir : pour sensibiliser la population à l’existence de ces nouveaux jardins solidaires et de leurs paniers. La méthode est encore à penser, à inventer, à construire, puisqu’on n’en est qu’au tout début du processus et que « la pédagogie par projet et du projet » est de mise. Ici, tout, ou presque, émane des participants.

  • Ancrage territorial

Prochain module de la formation : « Ancrage territorial ». Pour approfondir le concept d’appartenance territoriale, rien de tel qu’une balade à vélo. Le but étant de partir du paysage pour découvrir, à travers le regard de ses acteurs, ce qui est invisible à première vue, les enjeux qui s’y rattachent. Partir de la forêt pour en découvrir sa gestion. Partir d’un projet de parc éolien pour aborder les dimensions énergétiques et politiques (« Pas d’éoliennes devant chez moi ! », scandent déjà les habitants). Comparer un projet d’écoquartier à la croissance massive de maisons 4 façades pour s’interroger sur l’habitat…
Un vaste programme, qui enchante les participants. Parmi eux, Joël et Chloé, deux jeunes architectes, curieux de découvrir la notion de territoire dans toute sa complexité, à la recherche d’une vision globale. Ou encore Chantal qui travaille pour un office communal du tourisme : « Je côtoie souvent différents acteurs communaux, notamment lors de processus de participation citoyenne. Cette formation va me permettre de trouver des techniques d’animation afin de mener à bien ces processus et de donner aux participants des outils pour penser de manière collective. »

Céline Teret

(1) Cette orientation fait partie du Brevet de pratiques en écopédagogie de l’IEP, qui comprend un parcours de base, des orientations et deux périodes de stage. La session 2010-2011 débutera en septembre.
(2) Les GAL visent à susciter des coopérations entre territoires ruraux d’une région, d’un pays ou d’Etats européens différents, dans le cadre du programme européen Leader+ (Liaison Entre Actions de Développement de l'Economie Rurale). Voir : www.leaderwallonie.be

Sources

Magazine Symbioses n°86

pdf

Pour animer le territoire (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Plus d'infos
Institut d’Eco-Pédagogie - 04 366 38 18 - www.institut-eco-pedagogie.be

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be