Promenades à l'écoute du patrimoine

Expérience réalisée par
Nature et Loisirs (A.S.B.L.).
Cadre
socio-culturel (associations: sport., cult., environ.,...), professionnel (entreprises, organisations, commerces, syndicats,...)
Public(s)
personne handicapée.
Thème(s)
patrimoine, bruit.
Mots clés
patrimoine, aveugle, malvoyant, nature, handicap, bruit.
Date & durée de réalisation
2003.
Lieu de réalisation
Province du Brabant Wallon (1495).

Description de l'expérience

Faire découvrir des joyaux de notre patrimoine autrement que par le regard, tel est le pari de l’asbl Nature et Loisirs, depuis quelques années. Pascale Bach, responsable de ce projet, nous a raconté l’émerveillement des aveugles et malvoyants au château de Belœil ou à l’abbaye de Villers-la-Ville... mais aussi comment des voyants redécouvrent l’écoute. Des moments rares.

  • De sons en impressions

Depuis 1998, dans le cadre de l’appel « Les sens du patrimoine » – une campagne de sensibilisation au patrimoine lancée par la Fondation Roi Baudouin – l’asbl Nature et Loisirs anime un projet intitulé VAFA « Voir Autrement – Faire Autrement ». « Nous pensons que s’il y a handicap visuel, alors il y a le développement des autres perceptions, notamment celle de l’audition – explique Pascale Bach, responsable du projet – L’idée de départ était donc de proposer à des personnes handicapées visuelles, une découverte adaptée du domaine de Belœil; et puis, on s’est rendu compte que cette démarche de perception était intéressante pour tout type de personne. Le gros du travail fut de créer des montages sonores qui favorisent la création d’images mentales. Pour que les aveugles de naissance qui n’ont aucun référent visuel y trouvent aussi leur compte, il a fallu trouver des sons capables de refléter des impressions; pour un tableau par exemple, il s’agissait de transposer les couleurs en sons : le froid, le chaud, quelque chose de grinçant, etc. Quant aux visiteurs voyants (aux yeux bandés), de pièce en pièce, ils peuvent ressentir plus intensément l’ambiance feutrée, l’odeur de chaque endroit, des meubles cirés, des vieux tapis, etc.; à travers des évocations sonores de certains tableaux ou tapisseries, grâce à des montages évoquant des scènes de la vie d’autrefois au château, il s’agit aussi d’une véritable éducation à l’écoute. Après le château, on poursuit dans le parc, sans montages sonores cette fois. L’oreille des participants vient d’être “éduquée” et ils sont plus facilement réceptifs. Du coup, dans le jardin, on pousse l’écoute jusqu’au son aérien des bulles éclatant à la surface de l’eau. »

  • Duo de perceptions

Forte du succès des animations de Belœil, l’asbl Nature et Loisirs – sise à Villers-la-Ville – a logiquement décidé d’étendre ce type d’aventure aux visites de l’abbaye cistercienne voisine. L’expérience a démarré cette année, à l’occasion de l’année européenne des handicapés, avec le projet VAS-Y (Voir l’Abbaye Sans les Yeux). C’est, cette fois, un parcours en duo basé sur l’autonomie et l’échange. « L’autonomie, parce qu’un aveugle ne peut pratiquement jamais se déplacer seul dans un lieu inconnu – souligne Pascale Bach – L’échange, parce que cette visite à deux – un voyant et un non-voyant – privilégie le partage des perceptions : la personne qui voit va profiter de ce qu’offre visuellement l’abbaye, son romantisme, son ambiance fabuleuse et le transmettre à son acolyte; celle qui est malvoyante racontera ce qu’elle ressent à partir de l’écoute d’un montage sonore. » En plus de confronter des ressentis différents, cette approche permet de rétablir l’équilibre en faveur des non-voyants, simplement parce qu’ils ont eux aussi quelque chose à offrir. « Pour moi, ça va même plus loin – poursuit Pascale Bach – cela amène les gens à plus de tolérance, cela développe leur capacité à être à l’écoute des autres. Quand on fait ce type de parcours dans le cadre scolaire, c’est véritablement de l’éducation civique. » Comme ce montage sonore sur les rythmes de la journée d’un moine. Une chouette effraie hulule dans le petit matin, des moines ronflent dans leur dortoir, la cloche sonne. Il est 3 heures du matin et c’est l’heure de la première prière, des chants grégoriens. Dans leur tête, les visiteurs ont quitté notre siècle pour le Moyen âge. « On a testé ce montage avec différentes écoles. On s’est alors rendu compte à quel point le fait de se poser et d’écouter est devenu difficile. Les rythmes de vie dans notre société ne nous y habituent pas. Avec les enfants, on commence avec des animations actives pour qu’ils s’approprient le site; ensuite seulement, on peut aborder la période d’écoute » raconte Pascale Bach. Et c’est bien là le fil rouge de ces animations concoctées au départ pour les aveugles par Nature et Loisirs : apprendre aussi aux voyants à écouter le monde qui bruisse autour d’eux.

Nathalie Pinson

Sources

Magazine Symbioses n°60

pdf

Promenades à l (PDF)


Indicateurs

Autres informations liées à cette expérience :

Vous avez des questions ? Vous désirez nous faire part d'une expérience que vous avez réalisée ?
Contactez notre service d'infos : info@reseau-idee.be