Consommation de viande : un lourd tribut environnemental

Auteur(s)
CRIOC.
Éditeur
CRIOC.
Date et lieu d'édition
2007 -
Approche
infos / conseils.
Support
Thème(s)
alimentation, agriculture.
Mots clés
alimentation, agriculture, viande, consommation, Belgique, élevage, histoire, évolution, environnement, aliment pour bétail, déforestation, transport, effet de serre, pollution, social, santé, agriculture bio.
Public(s)
adultes, autres professionnels, enseignants.

Présentation :

Pour la plupart des consommateurs belges, la viande est un aliment quotidien, constituant la base des repas. En moyenne, ils en consomment plus de 270 gr par jour.

Il n'en a pas toujours été ainsi. Autrefois la viande était un aliment de luxe réservé aux grandes occasions et aux ménages les plus nantis. Au cours du siècle dernier, la consommation de viande est passée de 30 kg par personne et par an en 1919 à plus de 100 kg par personne et par an aujourd’hui. Parallèlement à l'augmentation de la consommation de viande, les méthodes d'élevage se sont modifiées. De petits élevages destinés principalement à la consommation privée, on est passé à des élevages de grande taille recourant à des méthodes industrielles, orientés vers la vente. Une des caractéristiques des élevages industriels est le recours aux aliments concentrés, conçus pour favoriser une croissance importante et rapide. La production de ces aliments et l'élevage monopolisent aujourd'hui 78% des terres agricoles mondiales.

L'augmentation de la consommation de viande et la modification des modes de production a accru les pressions sur l'environnement. Selon un rapport de la FAO - Livestock’s Long Shadow; Environmental Issues and Options - paru en 2006, le secteur de l’élevage émet des gaz à effet de serre qui, mesurés en équivalents CO2 (18 %), sont plus élevés que ceux produits par les transports. Il est aussi une source principale de dégradation des terres et des eaux. D’après Henning Steinfeld, Chef de la Sous-Division de l'information et des politiques en matière d'élevage de la FAO et un des auteurs du rapport, “l’élevage est un des premiers responsables des problèmes d’environnement mondiaux aujourd’hui et il faudrait y remédier rapidement”.

La production de viande selon des méthodes industrialisées a également modifié profondément les conditions de travail et de vie des populations agricoles du Sud.

En outre, dans les pays occidentaux, la consommation excessive de viande contribue au développement de maladies de civilisation telles que le surpoids et les maladies cardio-vasculaires.

Qualité de l'environnement, respect des droits humains et des travailleurs, santé sont autant de domaines pour lesquels l'augmentation de la consommation de viande pose question.

Dans ce rapport, les auteurs ont tenté d'aborder ces questions et de les documenter en se référant aux études scientifiques récentes. Ils dressent d'abord une photographie actuelle de la consommation de viande et rappellent brièvement les évolutions enregistrées dans le secteur de l'élevage au cours du siècle dernier. La partie principale de ce rapport tente de synthétiser les données existantes en matière d'impact environnemental de la production de viande et aborde les questions relatives aux conditions sociales de production dans le Sud. Enfin, les impacts d'une consommation excessive de viande sur la santé humaine sont examinés

Avis et conseil d'utilisation :

Vous avez utilisé cet outil et désirez partager votre expérience sur cette fiche? Cliquez sur ce lien pour nous transmettre votre commentaire.

consulter cet outil?

Au Réseau IDée: consultable au(x) centre(s) de documentation de :

Bruxelles [Cote : ALIM-Ia/Viande 3615]

acheter/emprunter cet outil?

Diffusion en magasin, sur internet :

chez l'éditeur, disponible en ligne (voir "support" ci-dessus)

Diffuseurs(s) (vente ou prêt) :

CRIOC

1000 - Bruxelles
Région bruxelloise
Belgique

Vous prêtez / louez / mettez en consultation cet outil et vous désirez être répertorié comme tel dans notre base de données? Cliquez sur ce lien.