Aller au contenu principal

Outil pédagogique

Macha ou l'évasion

Le monde de la Douceur vient d'entrer dans sa quatrième génération. Dans la Douceur, il n'y a plus de téléphones portables, plus de pollution, la course au profit a disparu. Macha-des-Oyats, qui a cent sept ans, est née au tout début du 21e siècle. Elle est l'une des dernières personnes à avoir connu le monde de la Fin. Alors, pour les jeunes qui le lui demandent, Macha accepte de raconter : sa jeunesse, cette époque ultraviolente, sa fuite vers un idéal...
Avis et conseil d'utilisation

A travers un personnage attachant, Macha, l'auteur nous emmène d'un univers à l'autre : le monde de la Douceur, quatre générations après notre ère, où l'on retrouve Macha lorsqu'elle a cent sept ans, et le monde de son adolescence, qui se situe à peu près aujourd'hui.

Le roman évoque très brièvement le monde de la Douceur, où Macha vit dans les cimes d'un arbre, où il n'y a plus de pollution, ni de course au profit. Il se concentre surtout sur la vie d'adolescence de Macha, dans une société en dérive, la nôtre, où la violence et l'intolérance ont pris des proportions inquiétantes. Macha raconte son adolescence, ses conflits au sein de sa famille « conservatrice », les scènes d'intolérance dans son collège, sa relation amoureuse, ses questions sur la société, ses souffrances et in fine, sa fuite vers une ZAD, une zone de citoyens en résistance. Ce roman, à la fois psychologique et anticipatif, peut susciter la réflexion auprès des jeunes sur le monde d'aujourd'hui et inviter à imaginer un futur « plus doux ».

Le roman aborde très peu les questions écologiques.